Slate Afrique

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Violences confessionnelles en Egypte: la théorie du complot israélien

Violences confessionnelles en Egypte: la théorie du complot israélien

Lundi 8 avril. L'Egypte se réveille sonnée. Le week-end  a été marqué par de violents affrontements autour de la cathédrale Abbasiya au Caire. Meurtriers. Les funérailles de quatres coptes tués dans des affrontements confessionnels à Al-Khosous ont été perturbées par des lancements de gaz lacrymogènes dans la cathédrale. Qui étaient les assaillants? Quels intérêts avaient-ils à attaquer la cathédrale? Comment l'Egypte peut-elle encore se déchirer? Les explications et les rumeurs vont bon train...

Kenyatta, inculpé pour crimes contre l'humanité, devient président

Kenyatta, inculpé pour crimes contre l'humanité, devient président

Une étape démocratique est en passe d'être franchie au Kenya. Uhuru Kenyatta, élu début mars, dès le premier tour, devient ce mardi 9 avril le quatrième président de la République du Kenya. D’abord contestée par l’opposition, son élection a finalement été validée par la plus haute juridiction du pays - la Cour suprême – qui a rendu son verdict, le 30 mars, et qui a décrété qu’il n’y avait pas eu de fraude. Raila Odinga, candidat malheureux au scrutin du 4 mars, s’est incliné et a reconnu sa défaite.

Offshore leaks: des noms africains circulent aussi

Offshore leaks: des noms africains circulent aussi

L'Offshore leaks n'a pas tardé à éclabousser l'Afrique. Il aurait été étonnant qu'aucune figure africaine n'y apparaisse. Menée conjointement par l'International Consortium of Investigative Journalists (ICIJ) et trente-six médias internationaux, une enquête a permis de jeter un coup de projecteur sur les transferts d'argent effectués dans les paradis fiscaux. L'enquête donne une idée des sociétés et particuliers qui pratiquent l'évasion fiscale à travers le monde. 

La Russafrique, c'est pour quand?

La Russafrique, c'est pour quand?

La Chine et l'Inde ne sont pas les seuls pays à entretenir des rapports privilégiés avec l'Afrique. La Russie, dont la politique africaine est plus discrète, renforce depuis plusieurs années ses liens avec le continent africain. Un récent évènement international a fait office de piqûre de rappel: l'assemblée générale des Nations-unies sur la question du commerce des armes. Le traité a été largement soutenu, recueillant l'approbation de 154 des 193 pays présents. La Russie, contrairement à la majorité de ses clients africains, a préféré s'abstenir.

Elle accepte de se faire exciser pour avoir le droit d'aller à l'école

Elle accepte de se faire exciser pour avoir le droit d'aller à l'école

Kakenya Ntaiya avait à peine 12 ans quand elle a fait un pacte avec son père: elle acceptait de subir le rite maasai de l'excision, s' il s'engageait à la laisser partir à l'école secondaire. Ne pouvant supporter l'affront de voir sa fille fuir le village, il consent à sa requête. Plusieurs décennies plus tard, Kakenya Ntaiya ne blâme pas son père. Elle explique qu'il a réagi comme l'aurait fait un autre père de sa génération. 

Egalité hommes-femmes au Maroc: les lois ne suffisent pas

Egalité hommes-femmes au Maroc: les lois ne suffisent pas

Analyser les inégalités entre les hommes et les femmes à l'aune des lois peut conduire à un contre-sens au Maroc. Le site al Monitor observe deux réalités: celle des lois qui instaure une égalité économique entre les hommes et les femmes.  Le pays a adopté des lois affirmant la parité dans le marché du travail. Il a ratifié la Convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes.

Bon, en fait, finalement «rien n'est normal» pour Amina

Bon, en fait, finalement «rien n'est normal» pour Amina

Sitôt dénudée si tôt rhabillée. Amina, la Femen tunisienne, avait disparu des écrans radar depuis le 22 mars. Un silence radio qui s’était accompagné d'un cri d’alarme poussé par la maison mère des Femen, à Paris, pour qui Amina a été internée contre son gré, par sa propre famille. Depuis, l'on a eu quelques bonnes nouvelles, notamment via l’avocate d’Amina, Bochra Bel Hadj Hmida. Selon cette dernière, Amina se trouve chez elle et «va bien».

Dans l'Egypte antique, la femme était l'égale de l'homme

Dans l'Egypte antique, la femme était l'égale de l'homme

Dans l'Egypte antique, les femmes n'étaient pas seulement que des momies. Elles ont, pendant une courte période, bousculé la hiérarchie des sexes. Il est pourtant établi que les hommes avaient une meilleure position que les femmes dans la société. Ou du moins, c'est l'impression que laisse la majeure partie des publications sur cette période. La chercheuse Joann Fletcher tente de déconstruire ce mythe, en montrant que les femmes étaient à cette époque beaucoup plus qu'un sous-groupe, un sous-sexe.