Slate Afrique

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ludovic-Mohammed Zahed, le gay musulman qui nargue les salafistes

Ludovic-Mohammed Zahed, le gay musulman qui nargue les salafistes

A l'occasion de la Journée mondiale de lutte contre l'homophobie, le magazine marocain Tel Quel nous emmène, une nouvelle fois, à la rencontre de Ludovic-Mohammed Zahed, un musulman pratiquant et ouvertement homosexuel. L'itinéraire et le combat de cet homme sont tout un un symbole dans pour des militants pour la défenses des droits des homosexuels en Afrique et au-delà. Ludovic-Mohammed Zahed se bat pour faire comprendre que l'islam et l'homosexualité ne sont en rien incompatibles.

Pour les Ivoiriennes, le chemin pour l'Europe passe par Dakar

Pour les Ivoiriennes, le chemin pour l'Europe passe par Dakar

Durant les dix dernières années, plusieurs entreprises internationales ont été délocalisées d'Abidjan à Dakar, à la suite des troubles politiques qui ont agité la Côte d'Ivoire. Cette délocalisation s'est accompagnée d'un transfert du personnel de ces entreprises, souvent constitué d'expatriés. Or, nous explique Fraternité Matin, en même temps que cette délocalisation s'est opérée, une migration de jeunes femmes ivoiriennes vers la capitale sénégalaise s'est observée.

Il faut arrêter de prendre les femmes massaï pour des sous-hommes

Il faut arrêter de prendre les femmes massaï pour des sous-hommes

Alors que les tribus massaï tendent à se développer et se sédentariser, le statut des femmes évolue beaucoup plus lentement. L’agence de presse IPS revient sur cette problématique à l’occasion du lancement d’une initiative de commerce alternatif visant à fournir des opportunités économiques aux femmes des tribus locales. William Kikanae, chef de la communauté de son village dans la région du Massaï Mara, au sud-ouest du Kenya, regrette cette mise au ban des femmes:

La série noire des immolations se poursuit en Tunisie

La série noire des immolations se poursuit en Tunisie

L’on croyait avoir connu une accalmie. Mais, comme l’indique le site d’information Tunisie Numérique, «la série noire des suicides se poursuit dans la Tunisie post-révolutionnaire». Le site illustre son propos par l’immolation par le feu de de deux jeunes Tunisiens, le 14 mai, à Nefza, une localité située près de Béja, dans le nord-ouest de la Tunisie.La scène s'est passée devant un poste de police. Selon Tunisie Numérique, les raisons de cet acte sont encore inconnues. Même si les autorités de la région ont décidé d’ouvrir une enquête.