Le Courrier De L'Atlas

Le Courrier De L'Atlas

Bataille de Chaambi : la Tunisie est-elle en guerre contre un ennemi intérieur ?

11 blessés, dont la moitié grièvement, entre forces de la Garde nationale et de l’armée, une amputation, un champ de mines anti personnelles, la zone montagneuse de Chaambi déclarée zone militaire fermée, et enfin des bombardements depuis mercredi, officiellement destinés à faire exploser les mines : l’escalade de ces dernières 72 heures signe-t-elle de facto l’entrée de la Tunisie dans une guerre ouverte contre le djihadisme ?  

Bataille de Chaambi : la Tunisie est-elle en guerre contre un ennemi intérieur ?

11 blessés, dont la moitié grièvement, entre forces de la Garde nationale et de l’armée, une amputation, un champ de mines anti personnelles, la zone montagneuse de Chaambi déclarée zone militaire fermée, et enfin des bombardements depuis mercredi, officiellement destinés à faire exploser les mines : l’escalade de ces dernières 72 heures signe-t-elle de facto l’entrée de la Tunisie dans une guerre ouverte contre le djihadisme ?  

Un 1er mai hautement politisé

Que retenir de la 3ème  Fête du travail post révolution en Tunisie si ce n’est qu’elle donne à voir une photographie instantanée des rapports de forces politiques dans le pays ? L’édition 2012 n’avait pas nécessité l’installation de barrières entre les deux camps du pouvoir et de l’opposition. Aujourd’hui, le climat autrement plus tendu a imposé une séparation stricte entre formations essayant chacune de tirer à elle la couverture ouvrière.     

Mobilisation modeste et divisée pour un 1er mai contre la politique de rigueur

Dans un climat social lourd où l'impatience grandit face à l'explosion du chômage, les syndicats ont célébré le 1er mai en ordre dispersé. La mobilisation était d’ailleurs plutôt modeste, qu’il s’agisse de la CGT et de ses cortèges à Paris et en province, ou de la CFDT avec ses alliés à Reims pour constituer un « front réformiste ». En tout, les manifestations ont rassemblé dans toute la France 160 000 personnes mercredi, selon la CGT.

Mobilisation modeste et divisée pour un 1er mai contre la politique de rigueur

Dans un climat social lourd où l'impatience grandit face à l'explosion du chômage, les syndicats ont célébré le 1er mai en ordre dispersé. La mobilisation était d’ailleurs plutôt modeste, qu’il s’agisse de la CGT et de ses cortèges à Paris et en province, ou de la CFDT avec ses alliés à Reims pour constituer un « front réformiste ». En tout, les manifestations ont rassemblé dans toute la France 160 000 personnes mercredi, selon la CGT.

Un 1er mai hautement politisé

Que retenir de la 3ème  Fête du travail post révolution en Tunisie si ce n’est qu’elle donne à voir une photographie instantanée des rapports de forces politiques dans le pays ? L’édition 2012 n’avait pas nécessité l’installation de barrières entre les deux camps du pouvoir et de l’opposition. Aujourd’hui, le climat autrement plus tendu a imposé une séparation stricte entre formations essayant chacune de tirer à elle la couverture ouvrière.     

Lutte contre le chômage : François Hollande dans les quartiers un an après son élection

  L’élection de François Hollande le 6 mai 2012 avait suscité un immense espoir dans les banlieues et les quartiers populaires, qui avaient d’ailleurs massivement voté pour le candidat socialiste. Un an après, le changement promis se fait toujours attendre, et François Hollande est retourné mardi aux Mureaux (Yvelines), qu’il avait visités pendant sa campagne, pour cette fois défendre sa « boîte à outils » contre le chômage.