mis à jour le

Attaque meurtrière au Rwanda: des rebelles présumés des FDLR présentés par la police

Cinq hommes arrêtés au Rwanda à la suite d'une attaque ayant fait 14 morts dans la nuit de vendredi dans le nord du pays ont affirmé être des rebelles des Forces démocratiques de libération du Rwanda, lors de leur présentation au public par la police dimanche soir.

L'attaque a été menée près des frontières congolaise et ougandaise, dans une région qui a par le passé déjà été la cible de rebelles rwandais, installés en République démocratique du Congo et opposés au gouvernement de Kigali.

Un de ces groupes rebelles est les FDLR, une milice hutu fondée par des responsables du génocide rwandais de 1994, qui avait fait quelque 800.000 morts, selon l'ONU, essentiellement au sein de la minorité tutsi.

Après leur arrestation lors d'une opération de riposte durant laquelle les forces de sécurité ont tué 19 "terroristes", les cinq hommes ont été montrés au public dimanche soir dans le district de Musanze, où l'attaque a eu lieu, et des journalistes ont pu leur poser des questions. 

Ils ont affirmé que leur but, comme le revendiquent depuis longtemps les FDLR, était de renverser le gouvernement rwandais. Leurs explications, fournies lors d'une conférence de presse organisée par la police, n'ont toutefois pas pu être vérifiées de manière indépendante.

"Nous sommes venus pour tuer des soldats, mais nos commandants ont commencé à tuer des civils et nous ont ordonné de faire de même", a déclaré l'un d'eux, Emmanuel Hakizimana, 27 ans, disant avoir été recruté par les FDLR en 2018 en Ouganda.

Dans la nuit de vendredi à samedi, des hommes armés avaient mené une attaque sur le secteur de Kinigi, dans le district de Musanze, faisant 14 morts, principalement à l'arme blanche.

Un autre membre du groupe, Théoneste Habumukiza, a affirmé qu'il étudiait en Ouganda lorsqu'il a été recruté pour "libérer le Rwanda de la tyrannie".

"Après être entrés au Rwanda et avoir tué des gens, nous avons essuyé des tirs de la part de soldats rwandais. Nous avons tenté de nous échapper, mais nous n'y sommes pas parvenus, donc nous nous sommes rendus aux soldats", a-t-il raconté.

Le district de Musanze est connu des touristes pour le parc national des volcans, qui abrite des gorilles des montagnes et fait face côté congolais au célèbre parc des Virunga.

L'armée congolaise avait annoncé le 18 septembre avoir tué le chef suprême des FDLR, Sylvestre Mudacumura, visé depuis juillet 2012 par un mandat d'arrêt émis par la Cour pénale internationale, à quelque 60 kilomètres de Goma.  

La dernière attaque menée par des rebelles au Rwanda datait de décembre 2018, et avait provoqué la mort de deux soldats rwandais dans le district de Rubavu, au sud de celui de Musanze.

AFP

Ses derniers articles: Tchad: au moins deux morts dans une tentative d'arrestation d'un opposant  RDC: dix civils tués dans deux attaques présumées des combattants ADF dans l'Est  Pleurs et angoisse dans le nord-ouest du Nigeria après l'enlèvement de 317 adolescentes 

attaque

AFP

Somalie: au moins cinq civils tués lors d'une attaque des shebab dans un hôtel de Mogadiscio

Somalie: au moins cinq civils tués lors d'une attaque des shebab dans un hôtel de Mogadiscio

AFP

Somalie: attaque de shebab contre un hôtel

Somalie: attaque de shebab contre un hôtel

AFP

Centrafrique: un Casque bleu burundais tué dans une attaque de rebelles

Centrafrique: un Casque bleu burundais tué dans une attaque de rebelles

FDLR

AFP

RDC: l'armée affirme avoir tué un nouveau chef des rebelles hutus rwandais FDLR

RDC: l'armée affirme avoir tué un nouveau chef des rebelles hutus rwandais FDLR

AFP

RDCongo: le chef de la rébellion rwandaise FDLR tué par l'armée

RDCongo: le chef de la rébellion rwandaise FDLR tué par l'armée

AFP

Kigali accuse les rebelles hutu des FDLR d'avoir attaqué un poste de police rwandais

Kigali accuse les rebelles hutu des FDLR d'avoir attaqué un poste de police rwandais

police

AFP

Niger: un opposant détenu par la police depuis vendredi

Niger: un opposant détenu par la police depuis vendredi

AFP

Sénégal: la police réfute des allégations de "tortures" sur des opposants

Sénégal: la police réfute des allégations de "tortures" sur des opposants

AFP

Afrique du Sud: la police fait savoir qu'elle arrête les sans-masque

Afrique du Sud: la police fait savoir qu'elle arrête les sans-masque