mis à jour le

Côte d'Ivoire: 5 ans ferme pour le président de région pour détention illégale de munitions

Le président du conseil régional du Gbêkê (centre de la Côte d'Ivoire), Jacques Mangoua, qui a clamé son innocence, a été condamné jeudi à cinq ans de prison ferme pour détention illégale de munitions de guerre par le tribunal correctionnel de Bouaké, a rapporté un journaliste de l'AFP.

Il a aussi été condamné à 5 millions de francs CFA (7.500 euros d'amende) et à cinq ans de privation de ses droits civiques.

Pendant le débat, le procureur Braman Koné a rappelé qu'il avait découvert "991 munitions de guerre de 7,62 mm, 49 munitions de fusils de type calibre 12 et 40 nouvelles machettes" et souligné qu'il n'y avait pas trace d'effraction sur le mur de la maison.

"Je suis innocent. Je n'ai rien fait. Si c'était moi qui avais déposé ces objets, pourquoi aurais-je porte plainte?", a affirmé M. Mangoua, un des vice-présidents du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI), ancien partenaire de la coalition au pouvoir, devenu le principal parti d'opposition. 

L'entourage de Jacques Mangoua crie au "complot" et au "coup monté : "C'est le président lui-même qui a averti la gendarmerie", avait assuré à l'AFP Moïse Amani, chargé de mission auprès de M. Mangoua alors que son patron avait été placé en garde à vue samedi. Ce dernier a été condamné lors de la même audience à six mois de prison ferme pour "diffusion de fausses nouvelles" sur les réseaux sociaux.

"Les enjeux de cette affaire sont ailleurs, M. Mangoua préside une région qui se trouve être la plus grande de la Côte d'Ivoire et qui par conséquent est vitale pour l'élection présidentielle 2020. Il préside une région stratégique et est de l'opposition, alors cela est insupportable pour certains hommes politiques", a écrit à l'AFP sa fille, Joanne Mangoua. 

La journée s'est déroulée dans la tension. Une centaine de militants du PDCI se sont massés devant le palais de justice dans la matinée, alors que d'autres partisans du conseil régional bloquaient depuis jeudi matin l'axe principal du pays, la route Abidjan-Bouaké qui mène au Mali et au Burkina Faso à hauteur de la ville de Djebonoua, à une trentaine de kilomètres au sud de Bouaké. 

Mercredi, ses partisans, avaient barré des routes autour de Botro (40 km au nord-ouest de Bouaké, centre) et de Languibonou (ouest de Bouaké) aux cris de "Libérez Mangoua, libérez Mangoua".

C'est dans cette zone, à Béoumi, qu'avaient eu lieu des  violences intercommunautaires qui avaient fait 10 morts en mai 2019.

AFP

Ses derniers articles: Théâtre: Brazzaville honore ses auteurs, ses quartiers et sa jeunesse  RDC: 24 morts dans l'éboulement d'une mine d'or en Ituri  Niger: quatre présidents des pays du G5 Sahel s'inclinent devant les tombes des soldats d'Inates 

détention

AFP

Algérie: des administrateurs pour gérer les sociétés d'hommes d'affaires en détention

Algérie: des administrateurs pour gérer les sociétés d'hommes d'affaires en détention

AFP

Algérie: l'ancien chef du parti au pouvoir placé en détention préventive

Algérie: l'ancien chef du parti au pouvoir placé en détention préventive

AFP

Kenya: un député en détention pour avoir frappé une collègue

Kenya: un député en détention pour avoir frappé une collègue

ferme

AFP

Algérie: des porteurs de drapeaux berbères écopent de 6 mois ferme

Algérie: des porteurs de drapeaux berbères écopent de 6 mois ferme

AFP

Crise politique en Guinée: prison ferme pour les instigateurs de la contestation anti-Condé

Crise politique en Guinée: prison ferme pour les instigateurs de la contestation anti-Condé

AFP

Au Maroc, une journaliste condamnée un an de prison ferme pour "avortement illégal"

Au Maroc, une journaliste condamnée un an de prison ferme pour "avortement illégal"

illégale

AFP

Soudan: Béchir inculpé pour possession illégale de fonds étrangers

Soudan: Béchir inculpé pour possession illégale de fonds étrangers

AFP

Exploitation illégale de bois en RDC: une ONG demande

Exploitation illégale de bois en RDC: une ONG demande

AFP

Au Ghana, la prévention contre la migration illégale ne fait pas le poids face au chômage

Au Ghana, la prévention contre la migration illégale ne fait pas le poids face au chômage