mis à jour le

Procès pour viols massifs en 2018 en RDC: audiences délocalisées

Le procès d'un ancien chef rebelle poursuivi pour viols massifs en 2018 dans plusieurs villages de l'est de la République démocratique du Congo a été délocalisé vers l'un des lieu où les faits s'étaient déroulés, a-t-on appris jeudi auprès de la partie civile.

La justice militaire a délocalisé les audiences du procès de Frédéric Masudi Alimasi, alias Koko-di-Koko, et de ses cinq coaccusés, vers Kitutu, un village du territoire enclavé de Mwenga, situé à environ 200 km à l'ouest de Bukavu, chef-lieu du Sud-Kivu (est). 

Ils sont poursuivis pour crimes contre l'humanité, par emprisonnement, viol, torture, disparition forcée, meurtre, réduction en esclavage, ainsi que participation à un mouvement insurrectionnel, selon l'acte d'accusation.

L'audience de mercredi a été consacrée à l'audition de Koko-di-Koko et d'un de ses coaccusés, Samitamba. Cet homme était la troisième personnalité du mouvement au moment des faits, selon John Achiza, un porte-parole de la Fondation Panzi, une des parties civiles. Des dizaines de victimes ont assisté à cette audience. La majorité de ceux qui ont témoigné ont affirmé avoir reconnu Koko-di-Koko, a-t-il dit au téléphone. 

Dans la nuit du 8 au 9 février 2018, Masudi Alimasi et ses miliciens du groupe armé Raïa Mutomboki sont accusés d'avoir effectué une incursion dans le village de Kabikokole, dans le Sud-Kivu. Ils ont "pris en otage plus d'une centaine de femmes (...) pour les violer l'une après l'autre", selon la Fondation Panzi, qui figure parmi les parties civiles.

En avril 2018, la même milice avait été accusée d'avoir commis des exactions similaires dans six autres villages dont Kitutu, selon l'accusation et les avocats des parties civiles.

Lors de l'audition, le chef rebelle a reconnu s'être rendu dans le village de Kabikokole en février 2018. Il affirme que lors de ce passage ses hommes "ont pillé quelques effets des villageois", a déclaré le porte-parole.

En mars 2018, l'AFP avait rencontré trois victimes de ces faits à la clinique de Panzi dirigée par le gynécologue congolais Denis Mukwege, prix Nobel de la paix qui avait été décerné en 2018 pour son travail en faveur des femmes victimes de violences sexuelles en marge des conflits armés qui déstabilisent les Kivu depuis 25 ans.

AFP

Ses derniers articles: Foot: Marseille signe un partenariat avec l'académie Diambars du Sénégal  Algérie: fin de campagne électorale sur fond de rejet massif  Le Rwanda lance sa première campagne de vaccination contre Ebola 

2018

AFP

Niger: 4.500 réfugiés Maliens rentrés dans leur pays depuis 2018

Niger: 4.500 réfugiés Maliens rentrés dans leur pays depuis 2018

AFP

Côte d'Ivoire: près de 100 escrocs sur internet arrêtés en 2018

Côte d'Ivoire: près de 100 escrocs sur internet arrêtés en 2018

AFP

Libye: plus de 16.000 migrants rapatriés en 2018 (OIM)

Libye: plus de 16.000 migrants rapatriés en 2018 (OIM)

procès

AFP

Algérie: premier procès pour corruption d'ex-dirigeants et patrons

Algérie: premier procès pour corruption d'ex-dirigeants et patrons

AFP

Algérie: le premier procès pour corruption d'ex-dirigeants et patrons ajourné

Algérie: le premier procès pour corruption d'ex-dirigeants et patrons ajourné

AFP

Algérie: un procès pour corruption d'ex-dirigeants et patrons ajourné

Algérie: un procès pour corruption d'ex-dirigeants et patrons ajourné

viols

AFP

RDC: un chef rebelle jugé pour des viols massifs en 2018, Mukwege partie civile

RDC: un chef rebelle jugé pour des viols massifs en 2018, Mukwege partie civile

AFP

Nés des viols en Libye, les enfants "sans nom" du Nigeria

Nés des viols en Libye, les enfants "sans nom" du Nigeria

AFP

RDC: ouverture du procès d'un chef de guerre accusé de viols et crimes contre l'humanité

RDC: ouverture du procès d'un chef de guerre accusé de viols et crimes contre l'humanité