mis à jour le

Algérie: les étudiants toujours dans la rue après l'annonce d'une présidentielle

Un millier d'étudiants ont, comme depuis des mois, manifesté mardi dans les rues d'Alger, deux jours après l'annonce par le pouvoir de la tenue d'une présidentielle le 12 décembre, un scrutin rejeté par la contestation.

Après un défilé sans incidents en centre-ville, des tensions sont apparues quand la police a empêché les manifestants d'avancer jusqu'à la Grande poste, bâtiment emblématique de la contestation qui agite l'Algérie depuis le 22 février.

La police a arrêté au moins 10 manifestants et confisqué les téléphones portables des personnes qui avaient filmé les interpellations, a constaté un journaliste de l'AFP.

Les étudiants manifestent chaque mardi depuis des mois, tandis que des rassemblements plus larges ont lieu chaque vendredi.

La manifestation de mardi était toutefois le premier rendez-vous du genre depuis l'annonce dimanche par le président intérimaire Abdelkader Bensalah de la tenue d'une élection présidentielle le 12 décembre, en écho au souhait manifesté par le chef d'état-major de l'armée, Ahmed Gaïd Salah, homme fort du pays depuis la démission forcée du président Abdelaziz Bouteflika en avril.

"Eh Gaïd Salah, oublie les élections", ont scandé les étudiants. "Pas d'élections avec le gang", ont-il aussi crié.

Le mouvement de contestation rejette l'organisation d'une élection tant que l'ensemble du "système" au pouvoir depuis deux décennies n'a pas été démantelé. Une précédente tentative d'organiser une présidentielle, le 4 juillet, avait échoué, en l'absence de candidats.

"Les jeunes représentent la majorité des votants et ils ne participeront pas" à l'élection, a réaffirmé mardi Samia, une étudiante en droit. 

"Comment veulent-ils que l'on participe à une élection (...) alors qu'ils continuent d'emprisonner des manifestants et des activistes?", a-t-elle déclaré.

Le parlement algérien vient d'adopter au pas de charge un nouveau dispositif législatif en vue du scrutin présidentiel: une révision de la loi électorale et une autre sur la création d'une autorité "indépendante" chargée des élections.   

L'ancien ministre de la Justice Mohamed Chorfi, qui préside l'autorité "indépendante", a affirmé dans une déclaration à la presse qu'elle oeuvrerait "pour rendre la parole au peuple afin de décider de son avenir et parachever l'édification de l'Etat".

AFP

Ses derniers articles: Niger : une quarantaine de gazelles dorcas tuées par des braconniers  A Lagos, le ballet se danse sans musique, mais avec beaucoup de joie et d'ambition  Les 180 migrants secourus en mer par l'Ocean Viking débarqués en Sicile 

étudiants

AFP

Coronavirus en Afrique: la télévision comme tableau noir pour élèves et étudiants

Coronavirus en Afrique: la télévision comme tableau noir pour élèves et étudiants

AFP

Algérie: les étudiants

Algérie: les étudiants

AFP

Algérie: les étudiants manifestent malgré le décès du général Gaid Salah

Algérie: les étudiants manifestent malgré le décès du général Gaid Salah

présidentielle

AFP

Nord ivoirien: la ville de Ferké croit encore

Nord ivoirien: la ville de Ferké croit encore

AFP

L'exemplaire présidentielle au Malawi inspirera-t-elle d'autres pays africains ?

L'exemplaire présidentielle au Malawi inspirera-t-elle d'autres pays africains ?

AFP

Niger: le ministre de l'Intérieur quitte le gouvernement pour préparer la présidentielle

Niger: le ministre de l'Intérieur quitte le gouvernement pour préparer la présidentielle

rue

AFP

Tunisie/Virus: les soignants dans la rue pour défendre l'hôpital public

Tunisie/Virus: les soignants dans la rue pour défendre l'hôpital public

AFP

Virus en RDC:

Virus en RDC:

AFP

Virus en RDC:

Virus en RDC: