mis à jour le

Ebola en RDC: l'ex-ministre de la Santé transféré au parquet

L'ex-ministre congolais de la Santé Oly Ilunga a été transféré mardi au parquet, trois jours après son arrestation par la police qui le soupçonne d'avoir détourné des fonds alloués à la lutte anti-Ebola, a-t-on appris auprès de son avocat.

L'ex-ministre doit être entendu par un magistrat, a détaillé Me Guy Kabeya joint par l'AFP. 

Il avait démissionné le 22 juillet, en désaccord avec le président Félix Tshisekedi qui venait de lui retirer la conduite de la riposte anti-Ebola. 

Le docteur Ilunga est accusé depuis d'avoir détourné 4,3 millions de dollars mis à sa disposition pour lutter contre l'épidémie d'Ebola, qui a tué plus de 2.000 personnes dans l'est du pays depuis le 1er août 2018.

La police l'avait interpellé en l'accusant de vouloir quitter la RDC via le Congo-Brazzaville. Il avait été interdit de quitter le territoire national quelques jours après sa première audition fin août.

L'ex-ministre a promis "de se défendre avec la plus grande énergie pour son honneur", ont fait savoir samedi ses avocats à la presse congolaise.

Son entourage affirme qu'il n'a reçu du Trésor public que 2,4 millions de dollars en onze mois pour lutter contre Ebola.

"Les pièces comptables dans le dossier attestent que cette somme a exclusivement été utilisée aux fins de la lutte contre la maladie à virus Ebola", ont assuré ce week-end ses avocats.

Agé de 59 ans, médecin de profession, le docteur Oly Ilunga était le directeur médical des cliniques de l'Europe à Bruxelles jusqu'à son entrée au gouvernement fin décembre 2016. En 2014, il avait coordonné l'évacuation sanitaire en Belgique du père de l'actuel président, l'opposant Etienne Tshisekedi, qui a été soigné aux cliniques de l'Europe.

En décembre 2016, Oly Ilunga avait accepté de rejoindre le gouvernement de l'ex-président Joseph Kabila, à l'époque accusé de vouloir se maintenir au pouvoir coûte que coûte par Etienne Tshisekedi et son parti UDPS.

Etienne Tshisekedi est décédé quelques semaines plus tard, le 1er février 2017.

AFP

Ses derniers articles: Ethiopie: au moins 239 morts dans les émeutes de la semaine dernière  Afrique du Sud: la sécurité alimentaire des enfants menacée par le coronavirus  Mali: le président cherche un compromis pour apaiser les tensions politiques 

Ebola

AFP

Ebola en RDC: fin d'une épidémie d'Ebola, mais d'autres défis sanitaires

Ebola en RDC: fin d'une épidémie d'Ebola, mais d'autres défis sanitaires

AFP

Prendre le Covid de vitesse au Liberia éprouvé par Ebola

Prendre le Covid de vitesse au Liberia éprouvé par Ebola

AFP

Ebola en RDC: infection d'un agent de santé vacciné

Ebola en RDC: infection d'un agent de santé vacciné

santé

AFP

Peu de test Covid-19 et défiance envers les autorités: le marché noir de la santé au Nigeria

Peu de test Covid-19 et défiance envers les autorités: le marché noir de la santé au Nigeria

AFP

Virus: 1er décès en Libye où le système de santé est menacé selon l'ONU

Virus: 1er décès en Libye où le système de santé est menacé selon l'ONU

AFP

Le coronavirus, révélateur des défaillances de la santé publique au Maghreb

Le coronavirus, révélateur des défaillances de la santé publique au Maghreb