mis à jour le

Afrique du Sud: Ramaphosa défend sa campagne controversée pour la présidence de l'ANC

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a promis jeudi d'agir contre quiconque se serait rendu coupable d'actes répréhensibles durant la collecte de fonds pour sa campagne en vue de la présidence de l'ANC, le parti au pouvoir en Afrique du Sud.

M. Ramaphosa, qui a succédé à Jacob Zuma à la présidence de l'ANC en décembre 2017 puis du pays, a promis à maintes reprises d'éradiquer la corruption.

Mais un an après avoir conduit son parti à la victoire aux législatives de mai 2019, il est confronté à des interrogations sur le financement de sa campagne, très disputée, pour devenir président de l'ANC.

Concernant "tout ce qui a été fait contre nos lois pendant la campagne, oui, je serai prêt et disposé à agir sans aucun doute", a déclaré au Parlement M. Ramaphosa.

Il est accusé d'avoir trompé le Parlement l'an dernier quand il a répondu à une question de l'opposition sur une donation à sa campagne de 500.000 rands (environ 32.000 euros) faite par un groupe industriel.

La médiatrice de la République Busisiwe Mkhwebane lui a aussi ordonné de divulguer les coordonnées de touBusisiwe Mkhwebanes les bailleurs de fonds de sa campagne.

Mais M. Ramaphosa conteste son renvoi devant la justice.

"En l'état actuel des choses, il n'y a pas de règles ou de règlements en vigueur (exigeant) la divulgation des dons pour la direction interne des partis", a-t-il déclaré aux parlementaires jeudi.

M. Ramaphosa s'est dit convaincu que sa "campagne était légitime" et a souligné qu'elle avait été menée dans des conditions difficiles.

"Dans son financement et ses activités, il n'y a pas eu d'actes répréhensibles, pas de criminalité et pas d'abus de fonds ou de ressources publics", a-t-il affirmé.

Les donateurs qui, selon les médias locaux, comprennent un homme d'affaires milliardaire, "ne doivent pas s'excuser pour ce qu'ils ont fait", a ajouté le président Ramaphosa.

L'ANC est profondément divisé entre partisans de l'ex-président Zuma et soutiens de M. Ramaphosa.

AFP

Ses derniers articles: Au Soudan, la fin des exportations de cacahuètes plonge le secteur dans l'inconnu  Le Bénin restaure ses monuments pour sensibiliser  Mali: un gendarme et un garde pénitentiaire tués dans une attaque dans le Centre (procureur) 

Afrique

AFP

Coronavirus: hausse de l'insécurité alimentaire en Afrique australe

Coronavirus: hausse de l'insécurité alimentaire en Afrique australe

AFP

"C'est un cauchemar": le virus bouleverse les rites funéraires en Afrique du Sud

"C'est un cauchemar": le virus bouleverse les rites funéraires en Afrique du Sud

AFP

Plus de 13.000 agents de santé infectés par le Covid-19 en Afrique du Sud

Plus de 13.000 agents de santé infectés par le Covid-19 en Afrique du Sud

campagne

AFP

RDC: début d'une campagne massive de vaccination contre le choléra

RDC: début d'une campagne massive de vaccination contre le choléra

AFP

Le Premier ministre ivoirien de retour aux affaires du pays et de sa campagne électorale

Le Premier ministre ivoirien de retour aux affaires du pays et de sa campagne électorale

AFP

Covid-19: le Maroc érige un hôpital de campagne après l'apparition de foyers

Covid-19: le Maroc érige un hôpital de campagne après l'apparition de foyers

présidence

AFP

Henri Konan Bédié, toujours en course pour la présidence

Henri Konan Bédié, toujours en course pour la présidence

AFP

Lazarus Chakwera, de la prêtrise

Lazarus Chakwera, de la prêtrise

AFP

Le ministre malien des Affaires étrangères "a désavoué" les propos de son ambassadeur, selon la présidence du Sénat

Le ministre malien des Affaires étrangères "a désavoué" les propos de son ambassadeur, selon la présidence du Sénat