mis à jour le

RDC: reprise du procès des présumés auteurs de massacres en Ituri

Soixante-deux personnes accusées de massacres de civils en Ituri entre 2017 et 2018 ont comparu mardi devant un tribunal militaire de cette région du nord-est de la République démocratique du Congo, lors de la reprise de leur procès après treize mois d'interruption, a-t-on appris de source sécuritaire.

"Soixante-deux miliciens arrêtés sur différents fronts dans le territoire de Djugu dans la province de l'Ituri étaient à la barre au cours d'un procès organisé par le tribunal militaire de l'Ituri ce mardi", a déclaré à l'AFP le lieutenant Jules Ngongo, porte-parole de l'armée dans la province de l'Ituri.

"Ces assaillants ont été arrêtés à différents endroits" dans le territoire de Djugu entre 2017 et 2018, a-t-il précisé.

Ils sont poursuivis pour "crime contre l'humanité" par viol et meurtre. La justice met aussi à leur charge les massacres des civils, pillages et incendies des villages entiers, a expliqué l'officier à l'issue de l'audience.

Le procès qui se tient devant le tribunal militaire de Bunia, capitale provinciale de l'Ituri, avait été ouvert le 20 juillet 2018, avant d'être suspendu.

"Nous saluons la poursuite de ce procès mais nous estimons que les vrais coupables ne sont pas derrière le barreau", a réagi auprès de l'AFP Bienvenu Ukec, un responsable de "Justice Plus", une ONG congolaise de défense des droit de l'homme.

Pour cet activiste qui a participé au monitoring d'exactions commis à Djugu, le procès en cours "risque de ne pas avoir d'effets dissuasifs sur les auteurs intellectuels et moraux de crimes qui se déroulent dans ce territoire".

"L'armée devait fournir des efforts pour arrêter les vrais commanditaires de ces exactions qui se poursuivent ainsi que le recrutement de jeunes" par des milices, a encore estimé M. Ukec.

Fin 2017-début 2018, le territoire de Djugu a été secoué par des violences intercommunautaires, entraînant des dizaines de morts et des milliers de réfugiés vers l'Ouganda, de l'autre côté du lac Albert. Des violences ont repris en juin.

L'Ituri avait déjà été le théâtre d'un conflit entre les communautés hema (éleveurs et commerçants) et lendu (agriculteurs) qui avaient fait des dizaines de milliers de morts entre 1999 et 2003 dans cette province riche en or, frontalière de l'Ouganda et du Soudan du Sud.

AFP

Ses derniers articles: En Ethiopie, les Coccinelles customisées d'Addis Abeba  Présidentielle: chambardement politique en vue en Tunisie  La présidentielle en Algérie fixée au 12 décembre 

auteurs

AFP

Anniversaire de l'attentat géant de Somalie: un des auteurs exécuté

Anniversaire de l'attentat géant de Somalie: un des auteurs exécuté

AFP

Nigeria: qui sont les auteurs des violences dans le conflit pastoral?

Nigeria: qui sont les auteurs des violences dans le conflit pastoral?

AFP

Casamance: le "planificateur" et des auteurs de la tuerie arrêtés selon les enquêteurs

Casamance: le "planificateur" et des auteurs de la tuerie arrêtés selon les enquêteurs

Ituri

AFP

RDC: l'ONU accroît son aide en Ituri pour secourir 300.000 déplacés

RDC: l'ONU accroît son aide en Ituri pour secourir 300.000 déplacés

AFP

RDC: le président Tshisekedi en Ituri auprès des déplacés

RDC: le président Tshisekedi en Ituri auprès des déplacés

AFP

RDC: 300.000 personnes ont fui les violences en Ituri depuis début juin

RDC: 300.000 personnes ont fui les violences en Ituri depuis début juin

massacres

AFP

Mali: manifestation

Mali: manifestation

AFP

Le Zimbabwe autorise de nouvelles funérailles pour les victimes des massacres de Gukurahundi

Le Zimbabwe autorise de nouvelles funérailles pour les victimes des massacres de Gukurahundi

AFP

Mali: 130 civils massacrés pendant une visite de l'ONU, envoi d'une délégation gouvernementale

Mali: 130 civils massacrés pendant une visite de l'ONU, envoi d'une délégation gouvernementale