mis à jour le

Ouganda: l'opposant Bobi Wine accusé d'avoir "importuné" le président

Un tribunal ougandais a accusé mardi le chanteur Bobi Wine, devenu une figure de l'opposition, d'avoir "importuné" le président Yoweri Museveni, a indiqué son avocat à l'AFP.

Bobi Wine, de son vrai nom Robert Kyagulanyi, comparaissait pour trahison, à la suite du caillassage du convoi de M. Museveni en marge d'une élection législative partielle à Arua (nord), en août 2018.

"Il a été inculpé pour avoir importuné le président" dans la même affaire, a déclaré à l'AFP son avocat Asuman Basalirwa.

Wine, qui a fait son entrée au Parlement en 2017, est devenu l'un des principaux critiques du président Museveni - au pouvoir depuis 1986. Il a été arrêté plusieurs fois et les autorités l'ont empêché à plusieurs reprises de se produire en public.

Il a annoncé fin juillet sa candidature à la présidentielle de 2021.

"Le gouvernement du président Museveni est en mode panique. D'abord c'était de la trahison et maintenant, c'est importuner le président Museveni", a-t-il commenté à l'AFP. "C'est une accusation ridicule et je suis prêt à la contester devant un tribunal".

Cette nouvelle accusation à l'encontre de Bobi Wine intervient quelques jours après la condamnation de l'universitaire et militante féministe Stella Nyanzi à 18 mois de prison pour "harcèlement" du président Museveni.

AFP

Ses derniers articles: "Hirak" en Algérie: nouvelles condamnations  RDC: en Ituri, la vie brisée d'un enseignant dans l'attente d'une paix fragile  Béchir déboulonné, les exilés soudanais veulent rebâtir leur pays 

président

AFP

Centrafrique: le président Touadéra annonce sa candidature

Centrafrique: le président Touadéra annonce sa candidature

AFP

Le président de transition du Mali investi, sanctions ouest-africaines maintenues

Le président de transition du Mali investi, sanctions ouest-africaines maintenues

AFP

A l'ONU, le président du Zimbabwe demande la levée des sanctions occidentales

A l'ONU, le président du Zimbabwe demande la levée des sanctions occidentales