mis à jour le

CAN-2019: le Sénégal attend son "Super Mané"

Il a marqué trois buts, mais raté deux penalties. La star du Sénégal Sadio Mané a alterné le bon et le moins bon depuis le début de la CAN, à l'image de sa sélection qui a besoin de son attaquant en forme pour aller loin.

Mohamed Salah a chuté avec l'Egypte, Hakim Ziyech avec le Maroc... Jusque-là, l'ailier de Liverpool a résisté au scénario imprévisible de huitièmes de finale fous, mais, comme les deux autres vedettes, il n'a pas vécu trois premières semaines tranquilles. 

Suspendu pour le premier match des poules, il est revenu sans pouvoir éviter à son équipe de perdre face à l'Algérie (1-0). Il a réagi avec un doublé pour sceller la qualification contre le Kenya (3-0), mais en ratant un penalty - il a converti sa deuxième tentative dans le match.

Face à l'Ouganda, Mané a échoué à nouveau dans l'exercice... après avoir ouvert le score. Trois buts et des loupés, son bilan est contrasté, à l'image les Lions de la Teranga qui n'ont pas encore révélé tout leur potentiel dans le tournoi, avant le quart face au Bénin mercredi au Caire.

"Cela n'a pas été évident honnêtement après avoir raté le penalty. Maintenant, il faut reculer pour mieux sauter. L'équipe m'a donné trois fois ma chance, je pense que le ratio n'est pas bon. Désormais, je laisse le penalty aux autres. A un moment donné, il ne faut pas être égoïste, il faut penser à l'équipe", a déclaré le joueur âgé de 27 ans, cité par RFI.

- "Ne pas penser Ballon d'Or" -

"C'est une discussion (sur les penalties) que j'aurai avec lui. Il ne faut pas oublier que c'est lui qui marque le but qui nous permet de nous qualifier", a dit de son côté le sélectionneur Aliou Cissé.

Les histoires de tireurs de penalty révèlent souvent les luttes entre leaders dans le vestiaire. Au Sénégal, rien de tel: c'est Sadio qui tire, ou qui choisit de ne pas le tirer. A l'unission derrière la star, l'équipe espère remporter la première CAN de son histoire.

"C'est notre meilleur joueur!", explique le défenseur Cheikhou Kouyaté.

De chef de meute des Lions de la Teranga, à celui de pharaon de l'Afrique, Mané ambitionne large, après une saison pleine qui l'a vu s'installer au sommet de l'Europe avec Liverpool en Ligue des champions. Avec une CAN, il deviendrait un très sérieux candidat pour devenir le deuxième Africain Ballon d'or, après le Libérien George Weah en 1995.

"Il ne faut pas penser Ballon d'Or! Ce qui est important pour Sadio, c'est de continuer à se battre pour l'équipe, à faire des performances. Il est dans cet état d'esprit. Mon discours avec lui est clair: donne le maximum pour l'équipe, et l'équipe te le rendra", a écarté Aliou Cissé.

"C'est un garçon qui a la tête sur les épaules, qui comprend que le collectif passera toujours devant les individualités", a-t-il poursuivi. A Mané de sublimer le collectif.

AFP

Ses derniers articles: Quatre diplomates américains ouvrent des comptes bancaires au Soudan  Le roi du Maroc gracie la journaliste emprisonnée pour avortement illégal  Afrique du Sud: manifestation de réfugiés contre les violences xénophobes 

Sénégal

AFP

Entre rites carnavalesques et fête pieuse, le Sénégal célèbre le nouvel an musulman

Entre rites carnavalesques et fête pieuse, le Sénégal célèbre le nouvel an musulman

AFP

CAN-2019: une traversée de Dakar triomphale pour les Lions  du Sénégal

CAN-2019: une traversée de Dakar triomphale pour les Lions du Sénégal

AFP

CAN-2019:

CAN-2019: