SlateAfrique

mis à jour le

Somalie: de "nombreuses" personnes meurent en fuyant la sécheresse


Des réfugiés somaliens attendent une distribution de nourriture au  camp de Dadaab, au Kenya, le 5 juillet 2011 AFP/Archives Roberto Schmidt

De "nombreuses" personnes qui fuient la Somalie frappée par une grave sécheresse meurent de faim et de déshydratation durant leur périple vers des pays voisins, a indiqué vendredi le Haut-commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR).

"De nombreuses personnes meurent en chemin, d'après ce que nous entendons", a déclaré lors d'un point de presse une porte-parole du HCR, Melissa Fleming, sans préciser le nombre de décès.

Elle a expliqué qu'il y avait des récits "atroces" de mères ayant perdu leurs enfants alors qu'ils fuyaient le pays, en proie à des violences persistantes et à une grave sécheresse ayant provoqué un véritable exode ces dernières semaines.

Quelque 1.700 Somaliens arrivent quotidiennement dans la région éthiopienne de Dolo Ado (sud-est), près de la frontière, à la recherche d'eau et de nourriture.

Mais les humanitaires opérant dans le sud-est de l'Ethiopie "risquent d'être submergés faute d'une aide internationale plus rapide et plus robuste destinée à répondre à la crise des déplacements provoquée par la sécheresse dans la Corne de l'Afrique", a averti Mme Fleming.

Un grand nombre de ces réfugiés tente également de s'installer dans le plus grand camp au monde, Dadaab, au Kenya, qui abrite déjà près de 400.000 réfugiés.

Prévu pour 90.000 personnes, Dadaab a continuellement vu sa population augmenter au cours des vingt dernières années de violences en Somalie.

Le HCR, qui gère le camp, rencontre ainsi de plus en plus de difficultés pour assurer les services essentiels tels que l'accès à l'eau, à l'éducation et à des conditions sanitaires élémentaires.

Le Haut commissaire de l'ONU pour les réfugiés Antonio Guterres doit d'ailleurs s'y rendre dimanche, après une visite de deux jours en Ethiopie.

En juin, environ 54.000 Somaliens se sont ainsi réfugiés au Kenya et en Ethiopie.

Plus de 135.000 Somaliens ont fui leur pays depuis le début de l'année, créant une "tragédie humaine inimaginable", selon l'ONU qui estime que plus de 10 millions de personnes sont frappées par la pire sécheresse en 60 ans dans certaines régions de la Corne de l'Afrique, confrontant certaines populations à de graves problèmes de malnutrition.

"Plus de 50% des enfants somaliens arrivant en Ethiopie sont dans un état sérieux de malnutrition", a récemment souligné Mme Fleming, précisant que la proportion atteint 30 à 40% de ceux qui se réfugient au Kenya.

A la sécheresse et autres désastres climatiques s'ajoute l'état de guerre civile depuis le départ du président Mohamed Siad Barre en 1991, qui font de la Somalie l'un des pays du monde les plus affectés par les crises humanitaires.

Les insurgés somaliens Shebab, affiliés à Al-Qaïda, avaient contraint au départ il y a deux ans les groupes humanitaires étrangers. Mais ils ont lancé mercredi un appel à l'aide pour les milliers de personnes touchées par la sécheresse.