mis à jour le

CAN-2019: le Maroc éjecté dès les 8e par un Bénin héroïque

Sensation à la Coupe d'Afrique des nations: le Maroc, finaliste 2004 et quart de finaliste de la dernière édition, a été éliminé dès les huitièmes par le Bénin (1-1, 4 tab 1), réduit à dix et novice à ce stade la compétition, vendredi au Caire.

Les hommes du Français Hervé Renard, déjà titré à la CAN avec la Zambie et la Côte d'Ivoire, voient s'envoler leurs rêves d'un nouveau titre, eux qui n'ont plus gagné la CAN depuis 1976. "Ca ne sert à rien d'insulter qui que ce soit ou de mettre la faute sur les autres, ce n'est pas mon genre, c'est à moi d'assumer les responsabilités", a déclaré après l'élimination le sélectionneur, en poste depuis 2016 et qui n'a pas voulu évoquer davantage son avenir.

Pour l'équipe de son homologue et compatriote Michel Dussuyer, le moment est historique. Après s'être hissés pour la première fois en huitièmes, voilà les Béninois en quarts. Tout ça sans avoir gagné un match, puisqu'ils viennent d'enchaîner un quatrième nul.

Les trois courtes victoires du Maroc (1-0) et les trois nuls, dont deux 0-0, du Bénin en poules, ne laissaient pas augurer un déluge offensif. Les craintes ont été confirmées.

Dominateur, le Maroc a longtemps buté sur un Bénin bien regroupé. Comme depuis le début du tournoi, les Lions de l'Atlas se sont montrés quasi inoffensifs à l'image en première période de Hakim Ziyech, toujours pas en réussite: frappe lointaine détournée (28e) et coup franc largement à côté (36e). Ou de Younès Belhanda avec une frappe dévissée peu avant la demi-heure de jeu.

A force de maladresse, les Marocains ont fini par être punis sur coup de pied arrêté. Privés de leur attaquant Steve Mounié, suspendu, les Ecureuils béninois ont trouvé la faille grâce à un défenseur central, Moïse Adilehou, auteur d'une reprise victorieuse après un corner (53e, 1-0).

- Ziyech maudit -

L'entrée de l'ancien Lillois Sofiane Boufal peu avant l'heure de jeu a fait du bien aux Marocains. Mais c'est finalement une erreur du défenseur d'Auxerre et ancien Caennais Jordan Adéoti qui a permis à Youssef En-Nesyri d'égaliser (75e, 1-1) et d'inscrire son deuxième but dans cette CAN.

Dans le temps additionnel, Ziyech a eu la balle de la qualification au bout du pied sur penalty. Mais la pépite de l'Ajax Amsterdam, décidément à côté de ses crampons, a envoyé son tir sur le poteau (90+4) et offert une prolongation et des espoirs aux Ecureuils.

Nouveau rebondissement à la 97e minute quand les Béninois se sont retrouvés à 10 après l'exclusion du défenseur d'Amiens Khaled Adenon, pour un deuxième carton jaune. Héroïques, ils ont tenu jusqu'aux tirs au but. Une séance parfaitement exécutée par le Bénin.

A l'inverse, les Marocains Boufal et En-Nesyri ont échoué dans leurs tentatives, laissant les Ecureuils s'envoler vers les quarts où ils seront opposés au Sénégal ou à l'Ouganda.

AFP

Ses derniers articles: Soudan : la police disperse des manifestants en tirant du gaz lacrymogène  CAN-2019: l'Algérie, entre liesse populaire et rêve de deuxième étoile  CAN-2019: le Sénégal y est presque 

Bénin

AFP

CAN-2019: pour Imorou, le Bénin peut "renverser des montagnes"

CAN-2019: pour Imorou, le Bénin peut "renverser des montagnes"

AFP

CAN-2019: les Ecureuils du Bénin "soutenus" par les dignitaires Vodoun

CAN-2019: les Ecureuils du Bénin "soutenus" par les dignitaires Vodoun

AFP

CAN-2019: euphorie

CAN-2019: euphorie

Maroc

AFP

CAN-2019: Renard mystérieux sur son avenir au Maroc

CAN-2019: Renard mystérieux sur son avenir au Maroc

AFP

CAN-2019: les lions du Maroc et du Sénégal face

CAN-2019: les lions du Maroc et du Sénégal face

AFP

CAN-2019: le Maroc au rendez-vous des favoris

CAN-2019: le Maroc au rendez-vous des favoris