mis à jour le

Violences post-électorales au Gabon: dix ans de prison requis contre un ancien deputé

Le tribunal correctionnel de Libreville a requis mardi soir dix ans de prison contre l'ancien député Bertrand Zibi Abeghe, accusé d'être impliqué dans les violences post-électorales d'août 2016 qui ont secoué le Gabon, a indiqué à l'AFP l'un de ses avocats.

"Le parquet a requis dix ans de prison, soit la peine maximale", a déclaré son avocat Charles-Henri Gey, joint par téléphone. 

M. Zibi est notamment poursuivi pour "instigation aux actes et manoeuvre de nature à provoquer des troubles ou manifestations contre l'autorité de l'Etat", "instigation aux violences et voies de fait" et "détention illégale d'arme à feu". 

Bertrand Zibi, député du parti au pouvoir (Parti démocratique gabonais, PDG) en avait démissionné avec fracas au cours d'une réunion publique en présence du président Ali Bongo Ondimba en juillet 2016. Une sortie très médiatisée, juste un mois avant la présidentielle du 27 août 2016 qui a abouti à la réélection contestée d'Ali Bongo.

Il avait été arrêté le 31 août 2016, au siège du candidat de l'opposition Jean-Ping, au moment des graves violences post-électorales ayant suivi la proclamation de la victoire du président sortant: manifestations, interpellations par centaines, Assemblée nationale incendiée, assaut des forces de sécurité contre le QG de Jean Ping.

"M. Zibi avait ensuite été transféré à la maison d'arrêt et n'en est plus jamais sorti depuis", avait affirmé la veille de l'ouverture du procès l'avocat à l'AFP. Mais "il est décidé à prouver son innocence devant les juges (...). Il a le moral d'un combattant, le moral d'un guerrier".

"M. Zibi est un personnage politique et les faits ont eu lieu à une période politique sensible, ce qui donne à ce procès une dimension politique", a estimé Me Gey, toutefois confiant dans la justice gabonaise pour qu'elle réussisse à "détacher les infractions des circonstances dans lesquelles les faits ont eu lieu".

Au cours des violences, le gouvernement avait fait état de trois morts. Une partie de l'opposition et de la société civile affirme avoir identifié une trentaine de morts et parle de disparus.

Petit pays pétrolier d'Afrique centrale, le Gabon est dirigé depuis 2009 par Ali Bongo Ondimba, qui se remet actuellement d'un accident vasculaire cérébral survenu fin octobre 2018.

Il avait succédé à son père, Omar Bongo Ondimba, qui était arrivé au pouvoir en 1967.

AFP

Ses derniers articles: Soudan : la police disperse des manifestants en tirant du gaz lacrymogène  CAN-2019: l'Algérie, entre liesse populaire et rêve de deuxième étoile  CAN-2019: le Sénégal y est presque 

député

AFP

Zimbabwe: libération sous caution d'un député de l'opposition

Zimbabwe: libération sous caution d'un député de l'opposition

AFP

Algérie: un député islamiste élu nouveau président l'Assemblée nationale

Algérie: un député islamiste élu nouveau président l'Assemblée nationale

AFP

Zimbabwe: un député de l'opposition inculpé de "tentative de renversement du gouvernement"

Zimbabwe: un député de l'opposition inculpé de "tentative de renversement du gouvernement"

prison

AFP

Kenya: lourdes peines de prison pour les complices de l'attaque de Garissa

Kenya: lourdes peines de prison pour les complices de l'attaque de Garissa

AFP

Gabon: il vole des défenses d'éléphant

Gabon: il vole des défenses d'éléphant

AFP

Burkina: prison

Burkina: prison

violences

AFP

Soudan: un chef de la contestation craint plus de violences envers les manifestants

Soudan: un chef de la contestation craint plus de violences envers les manifestants

AFP

Violences au Bénin: "une crise des valeurs et de la pratique démocratique"

Violences au Bénin: "une crise des valeurs et de la pratique démocratique"

AFP

RDC: 300.000 personnes ont fui les violences en Ituri depuis début juin

RDC: 300.000 personnes ont fui les violences en Ituri depuis début juin