mis à jour le

Des Tunisiens appellent

Des internautes et des hommes politiques tunisiens ont réclamé lundi davantage de transparence sur l'état de santé du président Béji Caïd Essebsi, hospitalisé depuis jeudi dernier à la suite d'un "grave malaise".

Dans une déclaration à la radio privée Mosaïque FM, la porte-parole de la présidence de la République, Saïda Garrache, a de son côté affirmé lundi que l'état de santé du président était "en nette amélioration". "Dès que les médecins le décident, il va quitter l'hôpital", a-t-elle ajouté, sans toutefois pouvoir fournir de date.

Elle a estimé qu'il revenait à l'équipe médicale de l'hôpital militaire de donner des précisions.

Des internautes ont eux partagé en nombre, sous le hashtag ?? _????_ ??????# ("Nous avons le droit de savoir"), un communiqué rédigé par des citoyens non identifiés, pour dénoncer une "opacité" sur l'état de santé du président de 92 ans, en évoquant des rumeurs qui ont "perturbé les institutions de l'Etat".

Plusieurs hommes politiques, dont le député Ghazi Chaouachi, ou le secrétaire général du mouvement nationaliste Echaab, Zouhair Maghzaoui, ont aussi réclamé sur les réseaux sociaux ou dans des médias locaux une plus grande transparence.

"Il faut trancher sur la question de l'état de santé et de la situation constitutionnelle du chef de l'Etat dans les deux ou trois jours prochains maximum, après la situation va se compliquer à tous les niveaux", a de son côté estimé Jawhar Ben Mbark, président de l'ONG Réseau Doustourna.

Béji Caïd Essebsi a été hospitalisé dans un état "critique" selon la présidence jeudi, le jour même où Tunis était le théâtre d'un double attentat suicide contre la police, revendiqué par l'organisation Etat islamique (EI).

Il est depuis soigné à l'hôpital militaire de Tunis, où il a notamment reçu le Premier ministre Youssef Chahed, selon  la présidence, qui assure depuis que son état est "en amélioration", sans autre précision.

Mais aucune image n'a filtré.

Une éventuelle absence prolongée du président pourrait entraîner de nouvelles incertitudes politiques, notamment à l'approche des législatives puis de la présidentielle en fin d'année, alors que la Tunisie est toujours dépourvue de Cour constitutionnelle.

AFP

Ses derniers articles: Soudan: verdict attendu pour l'ex-président Béchir accusé de corruption  En Algérie, en bas "tout bouge, mais rien ne change" au sommet  Brice Laccruche Alihanga, l'ex-puissant directeur de cabinet de Bongo qui s'est brûlé les ailes 

président

AFP

Soudan du Sud: démission du président de l'Assemblée nationale

Soudan du Sud: démission du président de l'Assemblée nationale

AFP

Gabon: le président Bongo n'a pas promu son fils comme son "poulain" (porte-parole)

Gabon: le président Bongo n'a pas promu son fils comme son "poulain" (porte-parole)

AFP

Gabon: l'ex-directeur de cabinet du président dans la tourmente d'une opération anticorruption

Gabon: l'ex-directeur de cabinet du président dans la tourmente d'une opération anticorruption

santé

AFP

En Tunisie, la couverture santé des paysannes

En Tunisie, la couverture santé des paysannes

AFP

Viande de brousse: la Belgique met en garde contre les risques pour la santé et l'environnement

Viande de brousse: la Belgique met en garde contre les risques pour la santé et l'environnement

AFP

Sénégal: affirmations et démenti autour de la santé d'Hissène Habré

Sénégal: affirmations et démenti autour de la santé d'Hissène Habré

transparence

AFP

Sénégal: manifestation pour la transparence des contrats pétroliers et gaziers

Sénégal: manifestation pour la transparence des contrats pétroliers et gaziers

AFP

Zimbabwe: l'opposition compte sur les observateurs africains pour veiller

Zimbabwe: l'opposition compte sur les observateurs africains pour veiller

AFP

Les pays en développement réclament plus de transparence sur les marchés agricoles

Les pays en développement réclament plus de transparence sur les marchés agricoles