mis à jour le

Mauritanie: le candidat Ould Abeid appelle au calme pour ne pas faire le jeu du pouvoir

Le militant antiesclavagiste et député mauritanien Biram Ould Dah Ould Abeid, un des candidats de l'opposition contestant la victoire de l'ancien chef d'état-major à l'élection présidentielle, a appelé lundi ses partisans à s'abstenir de toute violence, dénonçant des "provocations" du pouvoir. 

Les quatre opposants en lice dans ce scrutin ont rejeté les résultats provisoires accordant la victoire au premier tour au candidat du pouvoir, l'ex-général Mohamed Cheikh El-Ghazouani. Ils ont annoncé leur intention de les contester par tous les moyens légaux et de manifester pacifiquement pour obtenir satisfaction.

"J'appelle tous les Mauritaniens, en particulier ceux qui me suivent, à faire preuve de retenue et à respecter la loi et la tranquillité, ainsi que la sécurité des personnes et des biens", a déclaré M. Ould Abeid lors d'une conférence de presse.

"Notre mobilisation est pacifique et populaire", a-t-il réaffirmé, accusant le pouvoir du président sortant Mohamed Ould Abdel Aziz de manoeuvres de "désinformation" visant à faire passer une contestation électorale pour une confrontation entre communautés.

Quelques heures avant l'annonce par la Commission nationale électorale indépendante (Céni) des résultats de l'ensemble du pays, des heurts ont éclaté entre manifestants et policiers à Nouakchott, la capitale, et à Nouadhibou (nord-ouest).

La société mauritanienne est marquée par des disparités persistantes entre communautés arabo-berbère, haratine (descendants d'esclaves de maîtres arabo-berbères, dont ils partagent la culture) et afro-mauritanienne, généralement de langue maternelle d'ethnies subsahariennes.

"Nous lançons un appel à tous les Mauritaniens, surtout nos militants, à se méfier de ces provocations des autorités", a ajouté M. Ould Abeid, juste avant de recevoir Mohamed Ibn Chambas, représentant du secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, pour l'Afrique de l'Ouest et le Sahel.

Ce scrutin doit marquer la première transition entre deux présidents élus dans ce vaste pays du Sahel secoué par de nombreux coups d'Etat de 1978 à 2008, date du putsch qui a porté Mohamed Ould Abdel Aziz au pouvoir, avant son élection en 2009. Réélu en 2014, il ne pouvait se représenter après deux mandats.

Les Mauritaniens ont voté samedi nombreux - 62,66% de participation - pour désigner leur président, qui devra préserver la stabilité chèrement conquise par le pays, mais aussi en assurer le développement économique et y faire progresser le respect des droits humains.

AFP

Ses derniers articles: Libye: un fils de l'ex-dictateur libéré, que reste-t-il du clan Kadhafi?  RDC: nouveau massacre de villageois en Ituri, les ADF accusés  Guinée: les putschistes convoquent autoritairement les anciens ministres 

candidat

AFP

Sahara occidental: Guterres exhorte les deux parties

Sahara occidental: Guterres exhorte les deux parties

AFP

Présidentielle au Tchad: 15 partis d'opposition désignent un candidat unique

Présidentielle au Tchad: 15 partis d'opposition désignent un candidat unique

AFP

Tchad: le président Déby investi candidat

Tchad: le président Déby investi candidat

jeu

AFP

Mozambique: mettre

Mozambique: mettre

AFP

Sahara occidental: le Polisario accuse l'ONU de faire le jeu du Maroc

Sahara occidental: le Polisario accuse l'ONU de faire le jeu du Maroc

AFP

Jeu vidéo, motos et bombardements imaginaires... infox et rumeurs sur l'armée française au Sahel

Jeu vidéo, motos et bombardements imaginaires... infox et rumeurs sur l'armée française au Sahel

pouvoir

AFP

Maroc: des législatives avec des élus sans grand pouvoir de décision

Maroc: des législatives avec des élus sans grand pouvoir de décision

AFP

Dirigeants arrêtés au Mali: le pouvoir sommé de s'expliquer devant la cour de la Cédéao

Dirigeants arrêtés au Mali: le pouvoir sommé de s'expliquer devant la cour de la Cédéao

AFP

Tanzanie: la défense de l'opposant Mbowe dénonce une "interférence" du pouvoir

Tanzanie: la défense de l'opposant Mbowe dénonce une "interférence" du pouvoir