mis à jour le

Niger: deux policiers tués lors d'une attaque inédite aux portes de Niamey

Deux policiers ont été tués et deux blessés mardi soir lors de l'attaque d'un poste de police à l'entrée nord de Niamey, la première à se produire aux portes de la capitale du Niger, pays en proie à des incursions jihadistes récurrentes.

"Dans la nuit du 18 juin aux environs de 23 heures locales (22H00 GMT), le poste de police route-Ouallam situé à quelques km de Niamey a été la cible d'une attaque surprise perpétrée par deux individus armés non encore identifiés. Le bilan de l'attaque se présente comme suit: deux policiers tués, deux autres policiers blessés", a indiqué mercredi le ministère de l'Intérieur dans un communiqué.

"Une vaste opération de ratissage a été immédiatement enclenchée par les Forces de défense et de sécurité (FDS). Des mesures supplémentaires de sécurisation de tels dispositifs (des postes de police) seront immédiatement mises en oeuvre pour éviter ce genre d'attaques criminelles", a précisé le ministère.

L'attaque n'a pas été revendiquée.

Niamey doit accueillir les 7 et 8 juillet un sommet de l'Union africaine, qui réunira de nombreux chefs d'Etat.

"Il était 23H00 quand on a entendu des tirs nourris venant du poste" situé sur la route de la ville de Ouallam, dans le nord-ouest du Niger, a raconté à l'AFP sous couvert de l'anonymat un témoin, qui vit à proximité du poste de police, situé près d'un péage, marquant l'entrée de la ville.

- 'Logique de communication' -

C'est la première fois que des hommes armés attaquent aussi près de la capitale du Niger, un pays sahélien très pauvre qui fait face à des incursions récurrentes de groupes jihadistes dans l'ouest ainsi que des islamistes de Boko Haram dans le sud-est.

Mardi, une simulation d'opération anti-terroriste avait eu lieu à Niamey, organisée par les forces de sécurité nigériennes et Eucap Sahel, la mission européenne qui aide depuis 2012 le Niger à lutter contre le terrorisme et la criminalité organisée.

"Ils (les assaillants) sont dans une logique de communication avant le sommet de l'Union africaine. "Ils ont voulu faire un coup avant qu'on mette en place le dispositif", a affirmé à l'AFP le ministre de l'Intérieur Mohamed Bazoum, précisant que celui-ci serait déployé dans les "deux jours".

"Il y aura des milliers d'hommes sur le terrain. Je ne suis pas inquiet en vue du sommet", a-t-il ajouté soulignant que le Niger allait notamment faire appel à 3.000 élèves qui viennent de terminer leur formation militaire. 

Le 8 juin, un véhicule de l'armée américaine avait sauté sur un engin explosif, sans faire de victime, près de la ville de Ouallam.

Ouallam est située à une centaine de kilomètres de Niamey et abrite un important camp d'entraînement de l'armée nigérienne où sont notamment formés les soldats qui participent à la Mission de l'ONU au Mali voisin, la Minusma.

- Ville militarisée -

En mars 2018, trois gendarmes nigériens ont été tués dans une attaque par "des éléments terroristes" à Goubé, situé à quarantaine de kilomètres sur l'axe Niamey-Ouallam.

Plusieurs attaques avaient déjà eu lieu, plus loin autour de la capitale. Le 14 mai, 28 soldats avaient été tués au lendemain d'une tentative ratée de prendre la prison Koutoukalé (60 km de la capitale), l'établissement pénitentiaire le mieux gardé du pays, où sont détenus de nombreux jihadistes.

Niamey est une ville très militarisée avec une forte présence des forces de sécurité et des check-points à ses entrées. Les lieux publics et restaurants sont surveillés par des hommes en armes. En janvier 2011, des hommes armés avaient kidnappé deux jeunes Français qui avaient été tués le lendemain, lors de la poursuite des ravisseurs par les forces spéciales françaises.

Le président Mahamadou Issoufou a à plusieurs reprises appelé les Occidentaux et les Nations unies à aider le Niger. 

Mais la présence de forces française, américaine et allemande au Niger ainsi que de l'ONU au Mali voisin n'ont jusqu'ici pas réussi à enrayer les attaques qui se multiplient.

AFP

Ses derniers articles: Sahara occidental: Dakhla, du poste militaire au "spot" de kitesurf  Epidémie d'Ebola en RDC: la course aux vaccins bat son plein, l'épidémie marque le pas  De jeunes Soudanais dans la rue... pour atténuer la crise des transports 

attaque

AFP

Mali: 49 soldats meurent dans une attaque "terroriste", une des plus grosses pertes de l'armée

Mali: 49 soldats meurent dans une attaque "terroriste", une des plus grosses pertes de l'armée

AFP

Attaque "terroriste" au Mali: 49 soldats tués, selon un bilan revu

Attaque "terroriste" au Mali: 49 soldats tués, selon un bilan revu

AFP

Attaque "terroriste" au Mali: 53 soldats et un civil tués

Attaque "terroriste" au Mali: 53 soldats et un civil tués

Niamey

AFP

Niger: les sinistrés des inondations se réfugient sur les hauteurs de Niamey

Niger: les sinistrés des inondations se réfugient sur les hauteurs de Niamey

AFP

Niamey désemparée face

Niamey désemparée face

AFP

Niger: deux policiers tués lors d'une  attaque inédite aux portes de Niamey

Niger: deux policiers tués lors d'une attaque inédite aux portes de Niamey

policiers

AFP

Togo: des policiers formés au maintien de l'ordre pour éviter les dérapages

Togo: des policiers formés au maintien de l'ordre pour éviter les dérapages

AFP

Niger: deux policiers tués lors d'un première attaque aux portes de Niamey

Niger: deux policiers tués lors d'un première attaque aux portes de Niamey

AFP

"Panique totale" dans le centre du Bénin: au moins deux opposants tués, 50 policiers blessés

"Panique totale" dans le centre du Bénin: au moins deux opposants tués, 50 policiers blessés