mis à jour le

RDC: la coalition Tshisekedi-Kabila

Un homme d'affaires proche de l'ex-président Joseph Kabila et un vieil opposant rallié à son successeur Félix Tshisekedi ont été respectivement confirmé et promu à la tête d'une société d'État en République démocratique du Congo, en attendant le gouvernement de coalition Tshisekedi-Kabila.

Un temps pressenti Premier ministre, l'homme d'affaires Albert Yuma Mulimbi a été reconduit par ordonnance présidentielle président du Conseil d'administration de la Générale des carrières et des mines (Gécamines) basée à Lubumbashi, la capitale du Katanga minier, premier producteur mondial de cobalt et un des principaux pourvoyeurs africains de cuivre.

Également président du syndicat patronal Fédération des entreprises du Congo (FEC), M. Yuma affirme vouloir rééquilibrer les contrats de la Gécamines avec ses partenaires étrangers au profit du fleuron public minier congolais qui bat de l'aile.

M. Yuma est parti en guerre contre les ONG qui dénoncent la corruption en RDC, selon lui à la solde de l'homme d'affaires Georges Soros.

"On ne peut pas prendre ceux-là mêmes qui ont mis ces entreprises publiques à genoux et espérer instaurer une gouvernance différente de la précédente", a déploré auprès de l'AFP Jonas Tshiombela, porte-parole d'un collectif des catholiques qui s'était opposé au maintien de l'ancien président Kabila.

Par ailleurs, le vétéran Gabriel Kyungu wa Kumwaza, 80 ans, a été nommé président du Conseil d'administration de la très décrépite Société nationale des chemins de fer du Congo (SNCC).

Le patriarche du Katanga, brièvement président provisoire  de la nouvelle Assemblée nationale en sa qualité de doyen d'âge, avait fait campagne pour la coalition d'opposition Lamuka autour de Martin Fayulu, avant de rallier le nouveau président Tshisekedi investi le 24 janvier.

Cette nomination intervient alors que l'ancien directeur général de la SNCC, Sylvestre Ilunga Ilunkamba, a été nommé Premier ministre le 21 mai.

M. Ilunga Ilunkamba est remplacé poste pour poste par Fabien Mutomb, un ancien élu du parti de Félix Tshisekedi Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS).

Des employés de la SNCC réclament des dizaines de mois d'arriérés de salaires.

La RDC vit toujours dans l'attente d'un gouvernement, qui doit être le fruit des tractations entre pro-Tshisekedi et pro-Kabila, ultra-majoritaires au Parlement.

AFP

Ses derniers articles: L'opposant Hama Amadou arrêté après son retour au Niger  RDC: six autres civils massacrés par les rebelles ADF, 54 en quinze jours  Elections au Nigeria: le parti au pouvoir remporte un Etat du sud pétrolier 

coalition

AFP

RDC: sept mois après, le premier gouvernement de coalition Tshisekedi-Kabila enfin prêt

RDC: sept mois après, le premier gouvernement de coalition Tshisekedi-Kabila enfin prêt

AFP

RDC: accès de fièvre au sein de la coalition Tshisekedi-Kabila

RDC: accès de fièvre au sein de la coalition Tshisekedi-Kabila

AFP

Togo : la coalition de l'opposition s'effrite, minée par des querelles internes

Togo : la coalition de l'opposition s'effrite, minée par des querelles internes