mis à jour le

Soudan du Sud: le gouvernement dénonce la prolongation de l'embargo sur les armes

Le gouvernement du président sud-soudanais Salva Kiir a dénoncé vendredi auprès de l'AFP la prolongation d'un an de l'embargo sur les armes contre le Soudan du Sud votée la veille par le Conseil de sécurité des Nations unies, qualifiant cette décision de "mesure contre la paix".

"Tout embargo sur les armes à l'heure actuelle est une mesure contre la paix", a déclaré vendredi à l'AFP le ministre sud-soudanais de l'Information Michael Makuei.

"Il y a des gens qui ne veulent pas de la paix au Soudan du Sud. Il y a toujours des rebelles qui combattent le gouvernement et si vous imposez un embargo sur les armes au gouvernement du Soudan du Sud, cela veut dire que vous ouvrez la voie aux rebelles qui n'ont pas signé", le dernier accord de paix de septembre 2018, a poursuivi le ministre.

"Tout ceci est fait dans le but d'affaiblir le gouvernement pour qu'il soit renversé par l'opposition", a-t-il encore avancé.

M. Makuei faisait notamment référence au groupe rebelle de l'ex-général sud-soudanais Thomas Cirillo Swaka, à la tête depuis 2017 du Front National du Salut (NAS) qui combat l'armée gouvernementale dans le sud du pays.

Jeudi, le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté par 10 voix pour et cinq abstentions une résolution prolongeant jusqu'au 31 mai 2020 l'embargo sur les armes ainsi que le gel des avoirs et l'interdiction de voyager de huit responsables sud-soudanais accusés d'avoir joué un rôle dans la guerre civile qui ravage le plus jeune pays du monde depuis 2013.

Le président Kiir et le chef rebelle Riek Machar ont signé en septembre à Addis Abeba un nouvel accord de paix censé mettre un terme à une guerre civile de près de cinq ans qui a fait plus de 380.000 morts et poussé plus de quatre millions d'habitants à fuir leur foyer.

L'accord, qui n'a toutefois pas été signé par Thomas Cirillo ou encore l'ancien chef de l'armée Paul Malong, prévoyait la formation d'un gouvernement transitoire d'union nationale au plus tard le 12 mai.

Mais la formation de ce gouvernement a été repoussée de six mois, un délai devant notamment permettre de procéder au cantonnement des combattants et à leur intégration dans une armée unifiée, un des points clés de l'accord de paix.

AFP

Ses derniers articles: Mali: plusieurs personnalités civiles inculpées et écrouées pour tentative de coup d'Etat (avocats)  Castex rencontre Déby au Tchad avant un réveillon avec les troupes françaises  Castex rencontre Déby au Tchad avant un réveillon avec les troupes françaises 

armes

AFP

Libye: Haftar appelle

Libye: Haftar appelle

AFP

Ethiopie: des hommes armés tuent "plus de 100 personnes" dans l'ouest

Ethiopie: des hommes armés tuent "plus de 100 personnes" dans l'ouest

AFP

Mali: l'armée accusée de crimes de guerre, des groupes armés de crimes contre l'humanité

Mali: l'armée accusée de crimes de guerre, des groupes armés de crimes contre l'humanité

gouvernement

AFP

En Centrafrique, le gouvernement accuse l'ex-président Bozizé de tentative de "coup d'Etat"

En Centrafrique, le gouvernement accuse l'ex-président Bozizé de tentative de "coup d'Etat"

AFP

Crise politique en RDC: après les "humiliations", Tshisekedi veut un nouveau gouvernement

Crise politique en RDC: après les "humiliations", Tshisekedi veut un nouveau gouvernement

AFP

Ethiopie: le gouvernement dénie

Ethiopie: le gouvernement dénie

prolongation

AFP

Algérie: nouvelle prolongation de la garde

Algérie: nouvelle prolongation de la garde

AFP

Egypte: le Parlement vote en faveur de la prolongation de la présidence de Sissi (médias d'Etat)

Egypte: le Parlement vote en faveur de la prolongation de la présidence de Sissi (médias d'Etat)

AFP

Sahara occidental: l'ONU demande une prolongation d'un an de la Minurso

Sahara occidental: l'ONU demande une prolongation d'un an de la Minurso