mis à jour le

Le "blanc"

C'était le rêve des dactylos, il est devenu le cauchemar de la Commission électorale du Malawi (MEC). L'utilisation débridée de "blanc" à effacer sur les bulletins de vote l'a contrainte à reporter sine die l'annonce des résultats de la présidentielle du 21 mai.

Saisie par le principal parti d'opposition, la Haute Cour de la capitale Lilongwe vient même d'ordonner à la MEC de recompter tous les bulletins d'un tiers des districts électoraux de ce pays pauvre d'Afrique australe.

En cause, dixit le parti du Congrès du Malawi (MCP), l'utilisation de feuilles d'émargement non officielles, les ratures et, surtout, le nombre étonnement élevé de taches de "blanc" surchargées de ratures sur les bulletins.

La cheffe de la commission Jane Ansah s'est elle-même émue de ce recours au Tipp-Ex, la marque commerciale la plus connue de ce produit de correction, qui ne figure pourtant pas dans la longue liste du matériel électoral autorisé.

"C'est inquiétant car c'est généralisé, de Chitipa (nord) à Nsanje (sud)", a-t-elle dit en citant les deux districts les plus éloignés du pays.

"On se demande d'où ce Tipp-Ex peut bien venir", s'est interrogé auprès de l'AFP, perplexe, le responsable exécutif du dépouillement à la MEC, Sam Alfandika.

"Il faut qu'on détermine sa provenance et pourquoi il a été utilisé bien que nous ayons donné précisément pour instruction de ne jamais l'utiliser", a poursuivi M. Alfandika, "je serais curieux de savoir exactement ce qui s'est passé".

Le porte-parole du MCP Eisenhower Mkaka n'a pas besoin du travail des fins limiers de la MEC pour se faire une opinion. Il s'agit-là, dit-il, d'une tentative de fraude caractérisée.

"Il y a du Tipp-Ex partout sur les résultats", a-t-il dénoncé à l'AFP, ajoutant avoir repéré "la même écriture sur des procès-verbaux venant de différents bureaux de vote".

"C'est un signal d'alarme, une indication que quelqu'un a essayé de tricher", a insisté M. Mkaka.

- 'Opération Tipex' -

Même verdict pour Paul Chibingu, un des responsables du Mouvement uni de transformation (UTM) du vice-président sortant Saulos Chilima. "C'est la preuve d'une tentative de truquer les résultats en changeant les chiffres".

Les derniers résultats diffusés jeudi, après dépouillement dans les trois-quarts des bureaux de vote, accordaient un avantage au chef de l'Etat sortant, Peter Mutharika avec 40,49% des voix.

Derrière lui, son rival du MCP, Lazarus Chakwera, était crédité de 35,44% des suffrages, tandis que Saulos Chilima arrivait loin en troisième position (18%).

Dans la fièvre de l'attente des résultats définitifs, l'affaire du "blanc" à effacer fait les délices des réseaux sociaux, friands de toutes les théories du complot.

L'un de ses adeptes, qui s'est autoproclamé modestement "Je pense à haute voix", a ouvert une page Facebook à succès consacrée à ce qu'il a appelé "l'opération Tipex".

"Vous savez combien il est compliqué de trouver du Tipex aujourd'hui ? C'est très dur. Et vous savez pourquoi ? Parce que plus personne ne l'utilise", y a noté l'internaute.

"Alors pour que des milliers de personnes réussissent à en trouver le même jour dans tout ou presque des 5.002 bureaux (de vote) du pays quand bien même son utilisation est interdite, il n'y a qu'une explication: c'était préparé !", a-t-il conclu.

Plus sérieusement, l'analyste Michael Jana, de l'université du Witwatersrand à Johannesburg, s'est inquiété de l'impact d'un "scandale" du Tipp-Ex sur le processus électoral.

"Toutes ces irrégularités augmentent les craintes de fraude et affectent la crédibilité du scrutin", a-t-il jugé.

Au lendemain des élections, la société civile locale et les observateurs internationaux s'étaient pourtant réjouis presque sans réserve de la bonne tenue du scrutin.

L'abus de "blanc" à effacer pourrait les contraindre à corriger leur jugement. Sans cette fois recourir au même produit...

str-pa/bed/jlb

     

AFP

Ses derniers articles: Niger: la fermeture de la frontière avec le Nigeria fait chuter les recettes douanières  Sénégal: affirmations et démenti autour de la santé d'Hissène Habré  Tunisie: le chef d'Ennahdha Ghannouchi élu président d'un Parlement morcelé 

Malawi

AFP

Manifestations post-électorales violentes au Malawi

Manifestations post-électorales violentes au Malawi

AFP

Ebola: le Mozambique organise des dépistages

Ebola: le Mozambique organise des dépistages

AFP

La fragile économie du lac Malawi victime du climat et de la surpêche

La fragile économie du lac Malawi victime du climat et de la surpêche