mis à jour le

Burkina: le président kaboré limoge les gouverneurs des régions en proie aux attaques jihadistes

Le président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré a limogé les gouverneurs des régions en proie à des attaques jihadistes, selon un compte-rendu du conseil des ministres publié jeudi.

Le compte-rendu du conseil hebdomadaire des ministres qui s'est tenu mercredi soir fait état de la nomination de nouveaux gouverneurs dans cinq régions (sur 13), dont quatre dans le nord, l'est, le sahel et le centre-nord, des régions en proie à des attaques jihadistes. Les nouveaux gouverneurs sont pour la plupart des administrateurs civils ou des officiers, comme leurs prédécesseurs.

Selon le communiqué qui ne fait aucun commentaire sur ces remplacements, le lieutenant-colonel Saïdou Sanou gouverne désormais la région de l'Est, tandis que le colonel-major Salfo Kaboré est porté à la tête de la région du Sahel. Les administrateurs civils Casimir Séguéda et Justin Somé dirigent respectivement les régions du Centre-Nord et du Nord.

Pays sahélien pauvre, le Burkina Faso fait face depuis plusieurs mois à une explosion des violences attribuées à des groupes jihadistes, que les forces de l'ordre semblent impuissantes à enrayer, bien qu'elles assurent régulièrement procéder à des opérations contre ces groupes.

Dans les régions de l'est et centre est, un couvre-feu est en cours depuis mars et une opération y a été menée pour déloger les groupes armés "terroristes".

Confronté à une multiplication sans précédent des attaques jihadistes, le Burkina Faso a procédé, début février, à une vaste réorganisation à la tête de son armée en nommant une série de nouveaux chefs.

Attribuées principalement aux groupes Ansaroul Islam et Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM), les attaques ont fait plus de 350 morts depuis qu'elles ont débuté en 2015, quelques mois après la chute du régime de Blaise Compaoré.

La majorité des attaques ont eu lieu dans le nord du Burkina, frontalier du Mali, mais elles se sont aussi étendues depuis l'an dernier à l'est et à l'ouest.

La capitale Ouagadougou a été frappée à trois reprises depuis 2016, avec un bilan total de près de 60 morts. La dernière attaque, en mars 2018, avait dévasté l'état-major général des armées, en plein centre-ville.

AFP

Ses derniers articles: Jour de vote en Tanzanie, le "bulldozer" Magufuli en lice pour un second mandat  "Pourquoi voulez-vous nous tuer?": une survivante des manifestations de Lagos raconte  Au Cameroun anglophone, les écoles au coeur du conflit 

attaques

AFP

Le Mozambique attribue les attaques dans le nord

Le Mozambique attribue les attaques dans le nord

AFP

RDC: 25 personnes tuées dans deux attaques dans des provinces instables de l'Est

RDC: 25 personnes tuées dans deux attaques dans des provinces instables de l'Est

AFP

Burkina: nouvelles violences anti-Peul dans le sillage des attaques jihadistes

Burkina: nouvelles violences anti-Peul dans le sillage des attaques jihadistes

Gouverneurs

AFP

RDC: Tshisekedi affirme son autorité devant les gouverneurs pro-Kabila

RDC: Tshisekedi affirme son autorité devant les gouverneurs pro-Kabila

AFP

Les Nigérians revotent pour élire des gouverneurs et assemblées régionales

Les Nigérians revotent pour élire des gouverneurs et assemblées régionales

AFP

Nigeria: les gouverneurs rejettent l'accord de 72 euros de salaire minimum

Nigeria: les gouverneurs rejettent l'accord de 72 euros de salaire minimum

jihadistes

AFP

Mali: l'armée française ne déviera "pas de sa ligne" face aux jihadistes

Mali: l'armée française ne déviera "pas de sa ligne" face aux jihadistes

AFP

Otages au Mali: un succès des jihadistes aux retombées incalculables

Otages au Mali: un succès des jihadistes aux retombées incalculables

AFP

Mali: plus de 100 jihadistes libérés en vue d'un éventuel échange

Mali: plus de 100 jihadistes libérés en vue d'un éventuel échange