mis à jour le

Mozambique: nouvelles attaques d'islamistes, l'inscription des électeurs perturbée

Trois personnes ont été tuées dans le nord du Mozambique au cours d'une nouvelle attaque attribuée aux islamistes, a-t-on appris lundi de source locale, des violences qui menacent la distribution de l'aide aux sinistrés du cyclone Kenneth et perturbe l'inscription des électeurs pour la présidentielle d'octobre.

Il s'agit de la quatrième attaque enregistrée entre vendredi et dimanche dans la province du Cabo Delgado.

Dimanche soir, "des hommes armés sont arrivés dans le district de Meluco, dans le village de Minhanha. Ils ont tué trois personnes et brûlé une centaine de maisons", a déclaré à l'AFP une source locale s'exprimant sous couvert d'anonymat.

Dans la nuit de vendredi à samedi, des insurgés avaient tué quatre personnes dans le district voisin de Macomia, dans les villages de Ntapuala et Banga Velha.

Samedi, ils ont aussi "envahi les villages de Iba et Ipho", dans le même district, "pillé des maisons sans faire de victimes et paralysé l'inscription sur les listes électorales", a déclaré à l'AFP Magda Mendonça du Centre d'intégrité publique (CIP), une ONG chargée d'observer le processus électoral.

Vendredi, des islamistes présumés s'en sont aussi pris à un autre centre d'enregistrement dans la ville voisine de Nacate. "Des hommes armés ont vandalisé l'équipement sans faire de victimes", a précisé une autre source locale.

"Ces attaques successives perturbent l'inscription des électeurs dans la région" jusqu'au 30 juin, a prévenu Mme Mendonça.

Des élections présidentielle, législatives et provinciales sont prévues le 15 octobre au Mozambique.

Le nord du pays est en proie depuis 2017 à une insurrection islamiste. Les violences ont fait au moins 200 morts et forcé des milliers de villageois à quitter leur habitation. 

La stratégie des islamistes, qui ne revendiquent par leurs raids, semble avoir récemment évolué, puisqu'ils ne s'en prennent plus seulement à des villages mais aussi à des centres d'inscription électorale.

Ils opèrent dans la région meurtrie fin avril par le  puissant cyclone Kenneth, qui a fait au moins 41 morts et plus de 200.000 personnes sinistrées.

Kenneth est le deuxième cyclone à avoir frappé le Mozambique en l'espace de six semaines. En mars, Idai avait dévasté le centre du pays et tué un millier de personnes au Mozambique et au Zimbabwe voisin. 

AFP

Ses derniers articles: CAN-2019: Sedan et Bruno Metsu, l  CAN-2019: "Pas de stars" au Mali, insiste Hamari Traoré  Au Soudan, rap ou afrobeat, l'underground se bat pour la "révolution" 

attaques

AFP

Egypte: un chef jihadiste extradé de Libye rejugé pour cinq attaques (média)

Egypte: un chef jihadiste extradé de Libye rejugé pour cinq attaques (média)

AFP

Centre du Mali: une vingtaine, voire une quarantaine de morts, dans de nouvelles attaques

Centre du Mali: une vingtaine, voire une quarantaine de morts, dans de nouvelles attaques

AFP

Le Cameroun pleure 37 morts après une des attaques les plus meurtrières de Boko Haram

Le Cameroun pleure 37 morts après une des attaques les plus meurtrières de Boko Haram

électeurs

AFP

Cafouillages d'organisation et insécurité ne découragent pas les électeurs nigérians

Cafouillages d'organisation et insécurité ne découragent pas les électeurs nigérians

AFP

Nigeria: "Voter, OK, mais où est l'argent?", demandent les électeurs pauvres

Nigeria: "Voter, OK, mais où est l'argent?", demandent les électeurs pauvres

AFP

Nigeria:  le report des élections risque de démobiliser les électeurs

Nigeria: le report des élections risque de démobiliser les électeurs