mis à jour le

Meurtre d'un médecin camerounais anti-Ebola en RDC: onze arrestations

Les autorités congolaises ont annoncé jeudi l'arrestation de onze responsables présumés du meurtre vendredi d'un médecin camerounais déployé par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour lutter contre l'épidémie Ebola dans l'est de la République démocratique du Congo.

"Dans ce lot, il y a quatre présumés auteurs moraux et trois présumés auteurs matériels, c'est à dire des personnes qui avaient tiré sur l'épidémiologiste camerounais aux cliniques universitaires catholiques du Graben (à Butembo)", a déclaré à la presse le colonel Kumbu Ngoma, magistrat à la cour militaire du Nord-Kivu.

"Nous espérons qu'avec ces multiples arrestations, les forces de l'ordre arriveront à identifier et traduire en justice toutes les personnes qui sont impliquées dans ces violences contre le personnel médical et les infrastructures sanitaires à Butembo, ainsi que celles qui instrumentalisent les délinquants contre la riposte", a réagi le ministère de la Santé dans un communiqué.

Rumeurs et défiance entravent le travail des personnels de santé dans la région, où une partie des habitants de la région sont dans un déni de la maladie, qui prend parfois des formes violentes.

Mercredi, des dizaines de médecins et infirmiers en blouses blanches ont manifesté contre l'insécurité à Butembo, où s'est déplacé l'épicentre de l'épidémie de fièvre hémorragique Ebola déclarée le 1er août à Mangina près de Beni.

Les personnels soignants ont donné aux autorités "une semaine pour nous sécuriser" a déclaré un de leur porte-parole, le docteur Adelart Kalima.

"Si cela n'est pas fait, nous allons décréter une grève sèche la première semaine de mai. On va se réunir pour évaluer la situation", a-t-il ajouté.

Les Centre de traitements d'Ebola (CTE) de Katwa (à huit km de Butembo) puis de Butembo ont été attaqués fin février et début mars. Au moins un policier a été tué à Butembo.

L'ONG Médecins sans frontière (MSF) avait indiqué qu'elle "suspendait" ses activités après ces attaques, laissant l'OMS et le Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef) en première ligne avec le ministère de la Santé.

Les décès sont repartis à la hausse après ces attaques. "Au total, il y a eu 885 décès (819 confirmés et 66 probables)", a indiqué le ministère de la Santé dans son dernier bulletin mercredi soir.

Il s'agit de la plus grave des dix épidémies d'Ebola enregistrées sur le sol congolais depuis 1976 et de la deuxième la plus grave après celle en Afrique de l'ouest en 2014 (plus de 11.000 morts en Guinée, Sierra Leone et au Liberia principalement).

AFP

Ses derniers articles: Algérie: le journaliste emprisonné Khaled Drareni va être fixé sur son sort  Six Français tués par des hommes armés au Niger  Six Français tués par des hommes armés au Niger 

arrestations

AFP

Coronavirus: alerte aux fake news, trois arrestations au Maroc

Coronavirus: alerte aux fake news, trois arrestations au Maroc

AFP

Maroc: plusieurs arrestations pour trafic de visas et de cartes de séjour

Maroc: plusieurs arrestations pour trafic de visas et de cartes de séjour

AFP

Tunisie: 11 arrestations après des troubles nocturnes dans le centre-ouest

Tunisie: 11 arrestations après des troubles nocturnes dans le centre-ouest

Camerounais

AFP

Foot: l'ex-international camerounais Henri Bedimo prend sa retraite

Foot: l'ex-international camerounais Henri Bedimo prend sa retraite

AFP

Le nombre de réfugiés camerounais anglophones a augmenté avant les législatives (HCR)

Le nombre de réfugiés camerounais anglophones a augmenté avant les législatives (HCR)

AFP

A Moscou, des entrepreneurs camerounais vivent le "rêve russe"

A Moscou, des entrepreneurs camerounais vivent le "rêve russe"

médecin

AFP

Tunisie: un billet de banque pour saluer la première femme médecin du Maghreb

Tunisie: un billet de banque pour saluer la première femme médecin du Maghreb

AFP

Mali: un médecin militaire français tué dans une opération contre des groupes "terroristes"

Mali: un médecin militaire français tué dans une opération contre des groupes "terroristes"

AFP

Génocide au Rwanda: un médecin rwandais renvoyé aux assises en France

Génocide au Rwanda: un médecin rwandais renvoyé aux assises en France