mis à jour le

Libye: le ministère de l'Intérieur accuse Paris de soutenir le maréchal Haftar

Le ministère de l'Intérieur du gouvernement d'union nationale libyen (GNA) reconnu par la communauté internationale, a accusé jeudi pour la première fois directement la France de soutenir le maréchal Khalifa Haftar dont les forces ont lancé un assaut contre la capitale Tripoli.

Selon un communiqué publié par son service de presse, le ministre de l'Intérieur Fathi Bach Agha, a ordonné "la suspension de tout lien entre (son) ministère et la partie française dans le cadre des accords sécuritaires bilatéraux (...) à cause de la position du gouvernement français soutenant le criminel Haftar qui agit contre la légitimité".

Considérée par des diplomates et des analystes comme l'un des appuis du maréchal Haftar, au même titre que l'Egypte ou les Emirats arabes unis, la France avait démenti avoir soutenu son offensive contre Tripoli, siège du GNA.

Le 8 avril, une source diplomatique française avait indiqué que Paris n'avait aucun "plan caché" pour mettre au pouvoir Haftar, auquel elle "ne reconnaîtra aucune légitimité" s'il prenait le contrôle de Tripoli par les armes.

Mais des analystes et des pro-GNA accusent Paris de bloquer des résolutions condamnant l'offensive au Conseil de sécurité de l'ONU ou à l'Union européenne.

La France est accusée de relayer la rhétorique de l'Armée nationale libyenne (ANL, autoproclamée) de M. Haftar, qui justifie son offensive par le fait qu'elle cherche à combattre les "terroristes" à Tripoli, selon une source gouvernementale dans la capitale libyenne qui a requis l'anonymat.

Quelques dizaines de manifestants, dont plusieurs portant des gilets jaunes, ont dénoncé mardi à Tripoli ce qu'ils ont qualifié de "soutien" de la France au maréchal Haftar.

Les manifestants portaient les fameux gilets fluorescents en référence au mouvement français des "gilets jaunes" en fronde contre la politique fiscale et sociale du président français Emmanuel Macron.

"La France doit cesser de soutenir le rebelle Haftar en Libye", "La France fournit des armes aux rebelles pour le pétrole", ont-il écrit en français sur des pancartes.

Vendredi dernier, lors d'une manifestation contre l'attaque de Haftar, des slogans contre le gouvernement français avaient déjà fusé.

AFP

Ses derniers articles: Soudan: la contestation annonce une grève générale de deux jours  Malawi: les résultats de la présidentielle retardés pour litiges  le Maroc crée une Commission pour lutter contre la traite des êtres d'humains 

Paris

AFP

Libye: le président Macron recevra le maréchal Haftar la semaine prochaine

Libye: le président Macron recevra le maréchal Haftar la semaine prochaine

AFP

Une place inaugurée

Une place inaugurée

AFP

La folle épopée de l'équipe du FLN,

La folle épopée de l'équipe du FLN,