mis à jour le

Libye: l'assaut de Haftar sur la capitale divise et inquiète les Tripolitains

Si l'offensive sur Tripoli du maréchal Khalifa Haftar divise les habitants de la capitale libyenne entre "pro" et "anti", elle suscite chez tous la crainte de voir le conflit se transformer en guérilla urbaine.

Les combats font rage dans la banlieue-sud de la capitale, mais ils ne se font pas encore entendre dans le centre-ville où les Tripolitains vaquent lundi à leurs habitudes, un quotidien rythmé par les embouteillages et les files d'attente devant les banques ou les stations-services.

Jeudi, les forces fidèles au maréchal Haftar ont lancé une offensive pour prendre la capitale Tripoli, où siège le Gouvernement d'union nationale (GNA) reconnu par la communauté internationale.

Lundi encore, les combats entre les deux entités rivales ont repris pour le cinquième jour consécutif dans la banlieue-sud, faisant au moins 35 morts et une quarantaine de blessées depuis le début de l'offensive sur Tripoli, selon un nouveau bilan du ministère de la Santé du GNA publié dimanche soir.

Les habitants de ce pays riche en pétrole subissent de plein fouet le chaos qui frappe la Libye depuis la chute en 2011 du régime de Mouammar Kadhafi. 

Leur vie est marquée depuis plusieurs années par des pénuries de liquidités, d'essence, d'électricité et une hausse vertigineuse des prix, mais également par des combats réguliers qui illustrent les profondes divisions qui minent le pays.

- "Jours difficiles" - 

A l'image du reste du pays, les Tripolitains sont aujourd'hui partagés entre ceux qui soutiennent l'offensive de Haftar, perçu comme un "libérateur", et ceux qui lui sont hostiles et voient en lui un futur dictateur.

Walid Bouras, un Tripolitain de 31 ans, affiche clairement son soutien au maréchal. 

"Je soutiens l'entrée des forces de l'armée (de Haftar) à Tripoli parce que les habitants de Tripoli sont fatigués (...) de l'humiliation subie par les milices", explique-t-il.

"Mais mon jeune frère combat dans les rangs des groupes armés (pro-GNA) contre l'ANL", confie-t-il, disant lui avoir "conseillé de jeter les armes".

Aucune présence armée n'est visible à Tripoli. Les services de l'administration fonctionnent, les écoles et les commerces sont ouverts, selon des journalistes de l'AFP sur place.

Les habitants ont cependant déjà commencé à faire des provisions, craignant des pénuries si les combats atteignent Tripoli.

Farida fait partie de ceux qui craignent le pire: dans un supermarché de Tripoli, cette mère de famille pousse devant elle un chariot plein à craquer. Eau minérale, lait, farine, pâtes, riz, huile, conserves... des produits de base en prévision de "jours difficiles".

"Par précaution, on doit stocker tout le nécessaire pour la famille, surtout lorsqu'on a des enfants en bas âge car on ne sait jamais combien de temps ça va durer", dit-elle à l'AFP.

A la pharmacie, c'est la même chose: "Pour la première fois, des clients viennent m'acheter des grandes quantités de sirops pour enfants, des antibiotiques", en vente sans ordonnance en Libye, et du paracétamol, remarque Souhayla Ali, une pharmacienne.

- "Qu'on en finisse" -

Pour d'autres Tripolitains, les récents combats entre GNA et ANL provoquent surtout une grande lassitude.

"Qu'il (Haftar) rentre dans Tripoli et qu'on en finisse", lance un client du supermarché où Farida fait ses courses.

"On commence à avoir l'habitude (des violences), mais nous sommes fatigués de toutes leurs querelles", poursuit un autre client qui refuse lui aussi de donner son nom. 

Aux stations-services, les files d'attente s'allongent chaque jour davantage, surtout en matinée. Certains Tripolitains viennent à pied pour remplir de pétrole des bidons et de grosse bonbonnes en plastique.

"C'est pour le groupe électrogène" en cas de coupure de courant, explique un jeune homme.

Chez un grossiste de produits alimentaires à Tripoli, Mariam al-Hadi, veuve et mère de quatre enfants fait des provisions elle aussi. Elle est "terrorisée à la vue des forces de Haftar" à la télévision, avoue-t-elle.

Surtout, elle craint que les combats atteignent le centre de la capitale, où vivent plus de deux millions d'habitants.

Pour Walid Mohamad, un employé de banque depuis 38 ans, il est "devenu insupportable" de vivre dans une ville où des milices font la loi depuis 2011.

"En mieux ou en pire, il faut que la situation change", estime-t-il.

AFP

Ses derniers articles: La Tunisie depuis la chute de Ben Ali en janvier 2011  Homme d'affaires ou juriste? Les Tunisiens votent pour une présidentielle  Elections générales sous haute tension au Mozambique 

capitale

AFP

Guinée équatoriale: la capitale économique sans eau courante depuis trois semaines

Guinée équatoriale: la capitale économique sans eau courante depuis trois semaines

AFP

Le grand lifting de Fès, ville impériale et capitale spirituelle du Maroc

Le grand lifting de Fès, ville impériale et capitale spirituelle du Maroc

AFP

Ethiopie: un dîner entre riches avec Abiy pour promouvoir la capitale

Ethiopie: un dîner entre riches avec Abiy pour promouvoir la capitale