mis à jour le

Des centaines d'Algériens de France manifestent

"Un peuple uni ne sera jamais vaincu", "Bouteflika: inapte à jouer à cache-cache": des centaines d'Algériens ou Français d'origine algérienne ont à nouveau manifesté dimanche à Paris et à Marseille (sud-est) en faveur d'un changement de régime en Algérie, ont rapporté des journalistes de l'AFP.

A Paris, la manifestation a rassemblé place de la République dans une atmosphère festive nombre de familles venues avec des enfants en poussette ou sur les épaules de leurs parents, des jeunes drapés dans de grands drapeaux algériens, sur fond de musique traditionnelle, de slogans scandés à tue-tête et de youyous.

Les volutes de fumée des nombreux stands de brochette et de merguez ont aussi envahi la place.

Transpirant sous un franc soleil, Amara Benamara, chauffeur de taxi de 49 ans, brandit un panneau de bois où il a compilé des photos des différents rassemblements en Algérie et en France de ces dernières semaines, pour rendre hommage à "toute cette créativité et cette solidarité".

"On a retrouvé la fierté d'être algérien", confie-t-il à l'AFP. "Je suis là tous les dimanche, pour la liberté, la démocratie et la justice et pour que les Algériens puissent vivre dignement chez eux" sans avoir à chercher un avenir meilleur en dehors de leur pays. 

"A cause de cette situation bloquée, de cette société saturée, beaucoup d'Algériens vivent entre deux pays, alors que tout est à construire en Algérie", relève M. Benamara, qui se dit "plein d'espoir" que le mouvement de contestation conduise à une "Algérie meilleure et démocratique".

A ses côtés, l'un de ses amis, Youssef, 47 ans, polo blanc et cheveux grisonnants, estime que "le régime a été trop loin dans l'humiliation". "On a avalé assez de couleuvres, maintenant, on est unis; les gens savent qu'il ne faut pas lâcher l'affaire, sinon ce sera pire", relève Youssef, qui se félicite de "cette réappropriation de la politique par les Algériens".

Des pancartes proclamant "Un peuple uni ne sera jamais vaincu", "Bouteflika: inapte à jouer à cache-cache", "Oui pour une Algérie unie avec des jeunes de génie et des idées de prodige" étaient portées par des manifestants, dont nombre filmaient la manifestation avec leurs téléphones portables ou faisaient des selfies.

A Marseille (sud-est), quelque 200 personnes ont également manifesté pour réclamer un changement de régime en Algérie, brandissant notamment des pancartes "Bouteflika dégage", selon un photographe de l'AFP. 

760.000 immigrés algériens vivent en France, selon l'Institut national français de la statistique (Insee). Ils sont 1,7 million si on y ajoute leurs enfants nés en France.

AFP

Ses derniers articles: Dans l'Est de la RDC, l'armée peine  Burkina: "Une vingtaine de personnes tuées" dans l'attaque d'un marché  "Peur que l'espoir disparaisse": au Zimbabwe, militants et opposants face 

Changement

AFP

Roch Kaboré, de l'espoir de changement au chaos sécuritaire au Burkina

Roch Kaboré, de l'espoir de changement au chaos sécuritaire au Burkina

AFP

Algérie: une réforme de la constitution interroge sur un changement de doctrine militaire

Algérie: une réforme de la constitution interroge sur un changement de doctrine militaire

AFP

Pour les Angolaises, la double peine du changement climatique

Pour les Angolaises, la double peine du changement climatique

France

AFP

L'Algérie attend des excuses de la France pour son passé colonial

L'Algérie attend des excuses de la France pour son passé colonial

AFP

La France et ses alliés sahéliens tiennent sommet contre le jihadisme

La France et ses alliés sahéliens tiennent sommet contre le jihadisme

AFP

Sahel: la France et ses alliés en sommet face aux violences qui persistent

Sahel: la France et ses alliés en sommet face aux violences qui persistent

nouveau

AFP

Soudan: les récentes violences au Darfour visent

Soudan: les récentes violences au Darfour visent

AFP

Trois mois après Bohoma, l'armée tchadienne

Trois mois après Bohoma, l'armée tchadienne

AFP

Crise politique au Mali: le président tente un nouveau geste d'apaisement

Crise politique au Mali: le président tente un nouveau geste d'apaisement