mis à jour le

Ebola en RDC: colère du Dr Mukwege contre l'attaque des centres de traitement

Le gynécologue congolais Denis Mukwege, prix Nobel de la paix 2018, a dénoncé les attaques perpétrées contre des centres de traitement d'Ebola dans l'est de la République démocratique du Congo ainsi que le déni de l'épidémie au sein d'une partie de la population.

Déclarée le 1er août, la dixième épidémie d'Ebola sur le sol congolais a tué 584 personnes pour 927 cas, a indiqué le ministère congolais de la Santé dans son dernier bulletin quotidien publié mercredi soir.

Des centres de traitement d'Ebola (CTE) ont été attaqués à plusieurs reprises ces derniers jours à Butembo, actuelle épicentre de la maladie dans la province du Nord-Kivu. Un policier a été tué dans une attaque samedi dernier.

"En tant que médecin, j'ai été fort choqué par ces actes de destruction des structures de santé destinées à sauver des vies. Cela est inacceptable", a écrit le Dr Mukwege.

"De plus, j'ai appris avec stupéfaction que circulent dans la région des rumeurs qui découragent la population à se prémunir contre la maladie, à se faire vacciner ou à faire soigner les malades", s'insurge-t-il dans un message daté du 3 mars.

"En tant que médecin, je souligne qu'Ebola n'est pas une fiction. C'est une maladie qui se soigne et que l'on peut prévenir", insiste "l'homme qui répare les femmes" dans la province voisine du Sud Kivu. "J'appelle la population à se joindre à l'action des autorités sanitaires et des organisations qui nous aident à mettre fin à l'épidémie d'Ebola".

"J'appelle les leaders (autorités locales, société civile, mouvements de jeunesse, médias, leaders religieux, de toutes tendances) à soutenir la stratégie de lutte contre cette épidémie", poursuit-il.

Le Dr Mukwege appelle les autorités et les ONG "à intégrer davantage les leaders locaux dans les stratégies de riposte".

AFP

Ses derniers articles: France: nouvel espoir d'ouverture des archives présidentielles sur le Rwanda  Centrafrique: un groupe armé suspend sa participation  Le chef d'Al Qaïda au Maghreb islamique tué au Mali par les forces françaises 

colère

AFP

Coronavirus: 32.000 Marocains bloqués

Coronavirus: 32.000 Marocains bloqués

AFP

Peur et colère dans l'ouest du Niger après une triple attaque meurtrière

Peur et colère dans l'ouest du Niger après une triple attaque meurtrière

AFP

Coronavirus: sur les réseaux sociaux en Afrique, les vaccins de la colère

Coronavirus: sur les réseaux sociaux en Afrique, les vaccins de la colère

Ebola

AFP

Prendre le Covid de vitesse au Liberia éprouvé par Ebola

Prendre le Covid de vitesse au Liberia éprouvé par Ebola

AFP

Ebola en RDC: infection d'un agent de santé vacciné

Ebola en RDC: infection d'un agent de santé vacciné

AFP

Ebola en RDC: Plus de 3.000 cas de contamination, 2.231 morts

Ebola en RDC: Plus de 3.000 cas de contamination, 2.231 morts

traitement

AFP

Afrique du Sud: Desmond Tutu, hospitalisé, répond bien au traitement (proche)

Afrique du Sud: Desmond Tutu, hospitalisé, répond bien au traitement (proche)

AFP

Afrique du Sud: dix fois plus d'ados traités pour le VIH, mais encore trop laissés sans traitement

Afrique du Sud: dix fois plus d'ados traités pour le VIH, mais encore trop laissés sans traitement

AFP

Tuberculose: un nouveau cocktail de médicaments réduit drastiquement le temps de traitement

Tuberculose: un nouveau cocktail de médicaments réduit drastiquement le temps de traitement