mis à jour le

Les Nigérians entre indifférence et résignation après la victoire de Buhari

Il avait été accueilli comme le "messie" il y a quatre ans, dans un Nigeria plein d'espoir, lors de la première alternance démocratique de son histoire. Le président Muhammadu Buhari vient d'être réélu dans l'indifférence quasi générale, de nombreux Nigérians se rendant mercredi au travail comme si rien ne s'était passé.

"Regardez les visages des gens. La dernière fois ils ont cru que c'était le messie mais le messie les a roulés", s'énervait Ade Monday, un habitant de Lagos, la capitale économique de 20 millions d'habitants. "Les gens ne sont pas contents".

Dans le quartier populaire d'Obalende, où même des chevaux s'étaient mêlés à la fête en 2015, se cabrant au milieu de foules en liesse, le contraste était saisissant. 

Cette fois-ci, ni embrassades, ni coups de klaxons... C'est à peine si on s'intéressait aux Unes de journaux étalées sur le trottoir, alors que l'annonce de la victoire du président sortant est tombée en pleine nuit.

"Les gens ont d'autres préoccupations: ils ont faim, tout est tellement cher, ils souffrent", affirmait Emmanuel Asiekwu, commerçant, en mangeant du poisson séché accompagné de riz blanc comme petit-déjeuner, sur un trottoir sale d'Obalende.

Si Buhari a gagné samedi avec une confortable marge nationale de près de 4 millions de voix sur son rival de l'opposition, Atiku Abubakar - soit un plus grand écart qu'en 2015 -, le chiffre le plus marquant de cette présidentielle restera le taux de participation, qui dépasse à peine les 35% selon les estimations.

Le report du scrutin initialement prévu le 16 février, à quelques heures de l'ouverture des bureaux de vote, a pu favoriser l'abstention alors que des dizaines de milliers d'électeurs avaient dû voyager dans leur région d'origine pour voter.

Mais pour beaucoup, surtout dans le Sud majoritairement chrétien, voter pour l'un des principaux candidats à la présidentielle, tous deux des septuagénaires rodés aux arcanes du pouvoir, issus du Nord et musulmans, c'était un peu comme "choisir entre la peste et le choléra", entendait-on souvent durant la campagne.

- 'Election truquée' -

L'ancien vice-président Abubakar était perçu comme le candidat pro-business, mais son image est sérieusement entachée par les multiples allégations de détournements de fonds qui ont fait scandale lorsqu'il était aux affaires entre 1999 et 2007.

Quant à l'austère Buhari, malgré ses promesses, il n'aura pas mis un terme à la corruption généralisée. Il lui est aussi - et surtout - reproché d'avoir mal géré la récession économique et l'inflation qui ont appauvri des millions de Nigérians vivant déjà dans la misère.

Le chômage frappe près de la moitié de la population nigériane, et 87 millions d'habitants vivent avec moins de 2 dollars par jour. 

Même à Kano, son fief du grand Nord, où les gens étaient sortis par dizaines de milliers pour célébrer sa première victoire, il a fallu attendre la fin de la matinée pour voir quelques centaines de partisans défiler dans les rues en brandissant des portraits de "Baba", comme il est surnommé au Nigeria.

"La plupart d'entre nous n'ont pas dormi (...) On attendait le discours de Buhari, j'ai écouté la radio toute la nuit", explique Yusuf Abdulaziz Baba, 28 ans, devant le QG local du parti au pouvoir (APC, Congrès des progressistes). "Les célébrations n'ont pas encore commencé parce que les résultats sont tombés à l'aube".

Dans cet Etat-clé qui constitue l'un des plus gros réservoirs de voix du pays, la population a plébiscité Buhari à 77% mais il a toutefois perdu plus de 430.000 voix par rapport à 2015.

L'opposition a déjà crié à la manipulation et annoncé son intention de contester les résultats devant la justice. Dans ses bastions du Sud-Est, comme dans la ville pétrolière de Port-Harcourt, les sièges des deux principaux partis étaient quasiment déserts et dans les rues, on ne voulait pas croire aux scores annoncés dans la nuit par la commission électorale.

"Buhari n'aurait jamais pu gagner si l'élection avait été libre et juste", dénonçait Stephen Woju, un commerçant de 56 ans. "L'APC s'est servi des forces de sécurité pour truquer l'élection en sa faveur".  

A ses côtés, Festus Goodwill, un chômeur de 25 ans, appelait au contraire au calme: "Le PDP (Parti populaire démocratique, opposition) devrait concéder sa défaite pour préserver la paix", disait-il.

cl-eak-joa-abu/cl/spb/sd

AFP

Ses derniers articles: Amical Algérie-Colombie: une fête lilloise réussie sur tous les plans  Kipchoge et Kosgei parmi les nommés au titre d'athlète de l'année de l'IAAF  Algérie: bloqués la semaine passée, les étudiants manifestent 

buhari

AFP

Le président nigérian Buhari en Afrique du Sud après une vague de violences xénophobes

Le président nigérian Buhari en Afrique du Sud après une vague de violences xénophobes

AFP

Nigeria: le président Buhari investi pour un second mandat qui s'annonce difficile

Nigeria: le président Buhari investi pour un second mandat qui s'annonce difficile

AFP

Nigeria: le président Buhari approuve un budget très ambitieux

Nigeria: le président Buhari approuve un budget très ambitieux

nigérians

AFP

Nigérians rapatriés d'Afrique du Sud: "J'aurais pu mourir. Je me suis enfui"

Nigérians rapatriés d'Afrique du Sud: "J'aurais pu mourir. Je me suis enfui"

AFP

Violences xénophobes: près de 200 Nigérians rapatriés d'Afrique du Sud

Violences xénophobes: près de 200 Nigérians rapatriés d'Afrique du Sud

AFP

Quelque 600 Nigérians doivent être rapatriés d'Afrique du Sud après les violences xénophobes

Quelque 600 Nigérians doivent être rapatriés d'Afrique du Sud après les violences xénophobes

victoire

AFP

Festivités du 14-Juillet et victoire de l'Algérie: 282 interpellations en France

Festivités du 14-Juillet et victoire de l'Algérie: 282 interpellations en France

AFP

Indignation après les incidents en marge de la victoire de l'équipe de foot l'Algérie

Indignation après les incidents en marge de la victoire de l'équipe de foot l'Algérie

AFP

Togo: large victoire du parti au pouvoir aux municipales

Togo: large victoire du parti au pouvoir aux municipales