mis à jour le

Soudan: des pays occidentaux déplorent le "retour

Les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, le Canada et la Norvège ont déploré mardi le "retour à un régime militaire" au Soudan après une série de mesures prises par le président Omar el-Béchir face au mouvement de contestation qui réclame son départ.

Face à la persistance des manifestations déclenchées le 19 décembre, à l'origine motivées par le triplement du prix du pain, le président soudanais a décrété vendredi l'état d'urgence dans tout le pays.

Il a aussi annoncé la dissolution du gouvernement aux niveaux fédéral et provincial et la nomination à la tête des 18 régions du pays de 16 officiers de l'armée et deux responsables de la sécurité.

"Autoriser les forces de sécurité à agir dans l'impunité est de nature à davantage porter atteinte aux droits humains, à la bonne gouvernance et à la gestion économique", ont indiqué les quatre pays dans un communiqué commun publié à Khartoum.

"Le retour au régime militaire ne favorise pas un environnement propice pour la reprise d'un dialogue politique ou pour des élections crédibles", ajoutent-ils.

Les quatre pays appellent par ailleurs le gouvernement à libérer toutes les personnes arrêtées lors des dernières manifestations, jugeant "inacceptable l'utilisation de balles réelles contre les manifestations ou les mauvais traitements contre les détenus".

Le puissant Service national du renseignement et de la sécurité (NISS) mène la répression et a arrêté depuis décembre des centaines de manifestants, leaders de l'opposition, militants et journalistes, d'après des ONG. 

Selon un bilan officiel, 31 personnes sont mortes depuis le 19 décembre. L'ONG Human Rights Watch (HRW) évoque le chiffre de 51 morts.

M. Béchir, qui fait face au plus sérieux défi depuis son arrivée au pouvoir il y a 30 ans, a décrété lundi que seules les manifestations autorisées seraient tolérées.

Dans le cadre des mesures liées à l'état d'urgence, il a aussi précisé avoir autorisé les forces de sécurité à mener des raids dans des bâtiments "où sont menés des activités suspectes" ainsi que des fouilles corporelles.

Il a également banni "la publication ou l'échange y compris sur les réseaux sociaux d'informations portant atteinte à l'Etat ou aux citoyens".

Mardi, il a désigné le chef d'état-major adjoint de l'armée, le général Essameddine Moubarak, au poste de ministre d'Etat à la Défense, selon un communiqué de l'armée.

Dans un autre communiqué, le pouvoir judiciaire a indiqué avoir établi des "tribunaux d'exception" dans toutes provinces du pays pour "enquêter sur les violations des décisions prises par Béchir en vertu de l'état d'urgence".

"La réponse du gouvernement soudanais à ces manifestations ainsi que les mesures du gouvernement de militaires détermineront l' engagement futur de nos pays" vis-à-vis de Khartoum, mettent en garde les quatre pays.

M. Béchir, 75 ans, a rejeté les appels à sa démission, accusant des "conspirateurs" d'être derrière les manifestations.

Tenant le pays d'une main de fer depuis un coup d'Etat en 1989, il envisage de briguer un troisième mandat en 2020.

AFP

Ses derniers articles: Afrique du Sud: le maire de Johannesburg démissionne et claque la porte de son parti  Botswana: l'hostilité frontale entre Masisi et Khama en toile de fond des élections  Dans le sud du Niger, la fermeture de la frontière du Nigeria ruine le commerce 

Occidentaux

AFP

Libye: appel de pays occidentaux et arabes

Libye: appel de pays occidentaux et arabes

AFP

Soudan: des pays occidentaux appellent

Soudan: des pays occidentaux appellent

AFP

Soudan: "aidez-nous

Soudan: "aidez-nous

pays

AFP

Fact-checking: Facebook étend son programme

Fact-checking: Facebook étend son programme

AFP

Le Cameroun, pays d'Afrique centrale aux crises multiples

Le Cameroun, pays d'Afrique centrale aux crises multiples

AFP

Le Gabon, 1er pays africain payé pour ses efforts contre la déforestation

Le Gabon, 1er pays africain payé pour ses efforts contre la déforestation

régime

AFP

Au Burundi, l'ouverture en catimini d'un régime dos au mur

Au Burundi, l'ouverture en catimini d'un régime dos au mur

AFP

Au Zimbabwe, chasse aux sorcières contre ceux qui osent critiquer le régime

Au Zimbabwe, chasse aux sorcières contre ceux qui osent critiquer le régime

AFP

Sur les ruines de "Mount Carmel", ferme zimbabwéenne saisie par le régime Mugabe

Sur les ruines de "Mount Carmel", ferme zimbabwéenne saisie par le régime Mugabe