mis à jour le

RDC: Washington sanctionne le chef de la Commission électorale

Les Etats-Unis ont annoncé vendredi qu'ils interdisaient désormais leur territoire à plusieurs responsables de l'élection présidentielle en République démocratique du Congo (RDC), notamment le chef de la Commission électorale et le juge qui a validé les résultats.

"Ces individus se sont enrichis personnellement par l'usage de la corruption ou en dirigeant et supervisant des violences contre des personnes exerçant leur droit à se rassembler pacifiquement et leur liberté d'expression", a indiqué le département d'Etat américain dans un communiqué.

"Les Etats-Unis apportent leur soutien au peuple de la République démocratique du Congo après le transfert historique de pouvoir dans ce pays", a ajouté le ministère américain des Affaires étrangères. "Il y a cependant des inquiétudes légitimes sur la conduite et la transparence du processus électoral".

Washington a donc décidé d'inscrire sur sa liste noire des personnes interdites de territoire le président de la Commission électorale Corneille Nangaa, le vice-président de cette instance Norbert Basengezi, le président de l'Assemblée nationale Aubin Ndjalandjoko et le président de la Cour constitutionnelle Benoît Lwamba Bindu.

Contacté par l'AFP depuis Kinshasa, Corneille Nangaa a déclaré ne vouloir faire "aucun commentaire".

La Commission électorale, puis la Cour constitutionnelle, ont proclamé Félix Tshisekedi vainqueur avec 38,5% des voix, et un autre opposant congolais, Martin Fayulu, deuxième avec 34%. 

Ce dernier accuse le président de la Commission électorale Corneille Nangaa d'avoir "fabriqué" les résultats et dénonce un "putsch électoral" orchestré par l'ex-président Joseph Kabila.

M. Fayulu revendique la victoire, avec 61% des voix, un pourcentage également repris par le Groupe des experts du Congo (GEC) de l'université de New York et de titres de la presse internationale, citant des fuites de la Commission électorale et les observateurs de l'Eglise catholique.

Mais la victoire de M. Tshisekedi a été acceptée pacifiquement par la population, et les leaders africains ont déjà adoubé le nouveau président congolais lors du sommet de l'Union africaine début février.

AFP

Ses derniers articles: Afrique australe: le prince Harry en visite officielle en famille  Présidentielle en Tunisie: sanctionné dans les urnes, le parti Ennahdha joue gros  Le Gabon, 1er pays africain payé pour ses efforts contre la déforestation 

chef

AFP

RDC: un chef rebelle jugé pour des viols massifs en 2018, Mukwege partie civile

RDC: un chef rebelle jugé pour des viols massifs en 2018, Mukwege partie civile

AFP

RDCongo: le chef de la rébellion rwandaise FDLR tué par l'armée

RDCongo: le chef de la rébellion rwandaise FDLR tué par l'armée

AFP

Centrafrique: un chef de guerre démissionne du gouvernement

Centrafrique: un chef de guerre démissionne du gouvernement

commission

AFP

Côte d'Ivoire : le principal parti d'opposition refuse de sièger

Côte d'Ivoire : le principal parti d'opposition refuse de sièger

AFP

Côte d'Ivoire: le FPI refuse de participer

Côte d'Ivoire: le FPI refuse de participer

AFP

Afrique du Sud: l'ex-président Zuma affirme devant une commission avoir été "calomnié" pour corruption

Afrique du Sud: l'ex-président Zuma affirme devant une commission avoir été "calomnié" pour corruption

Washington

AFP

Sahara occidental: la mission de l'ONU renouvelée, Pretoria critique Washington

Sahara occidental: la mission de l'ONU renouvelée, Pretoria critique Washington

AFP

Washington pourrait retirer le Soudan des pays "terroristes" en cas de progrès

Washington pourrait retirer le Soudan des pays "terroristes" en cas de progrès

AFP

Soudan: Washington appelle au respect du droit de manifester pacifiquement

Soudan: Washington appelle au respect du droit de manifester pacifiquement