mis à jour le

RDC: Fayulu a proposé

Le candidat de l'opposition Martin Fayulu, qui revendique la victoire à l'élection présidentielle en République démocratique du Congo, a proposé "de refaire les élections dans un délai de six mois", dans une lettre aux dirigeants de l'Union africaine (UA).

Parmi ces chefs d'État réunis samedi et dimanche à Addis-Abeba pour le 32e sommet de l'UA, figurait le nouveau président congolais, l'autre opposant Félix Tshisekedi. Il a été déclaré vainqueur de l'élection présidentielle à un tour du 30 décembre avec 38,5% des voix par la Commission électorale puis la Cour constitutionnelle.

M. Fayulu accuse la Commission électorale d'avoir "tout simplement fabriqués les résultats qu'elle a publiés".

"Tous les rapports d'observation électorale et des témoins de Lamuka (ndr: la coalition autour de M. Fayulu) ainsi que les résultats de la Commission électorale publiés dans la presse internationale attestent que j'ai été élu président de la République démocratique du Congo à plus de 60% des voix", proteste M. Fayulu.

Il propose "la création d'un Comité spécial de l'Union africaine pour la vérification de la vérité des urnes en République démocratique du Congo" dans ce courrier daté de vendredi et diffusé plus tard.

M. Tshisekedi a été investi le 24 janvier, lors d'une cérémonie avec l'ancien président Joseph Kabila, la première passation de pouvoir pacifique dans l'histoire du pays.

A Addis Abeba, il a rencontré le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, et la cheffe de la diplomatie européenne, Federica Mogherini. Le nouveau président congolais a été élu deuxième vice-président de l'Union africaine pour l'année 2019.

Le mois dernier, plusieurs dirigeants africains avaient demandé au nom de l'UA la suspension de la proclamation des résultats de la présidentielle en RDC, entachés selon eux de "doutes sérieux". Mais après la validation des résultats par la Cour constitutionnelle congolaise, l'élection de M. Tshisekedi a été saluée par des poids lourds du continent, dont l'Afrique du Sud, le Kenya et l'Egypte.

AFP

Ses derniers articles: Egypte: sept jihadistes présumés tués, 15 militaires morts ou blessés  Huit ans après la révolte, la Libye s'enlise dans une interminable crise  Burkina: un prêtre espagnol et 4 douaniers tués dans une attaque jihadiste 

élections

AFP

Nigeria: déception et colère après le report surprise des élections

Nigeria: déception et colère après le report surprise des élections

AFP

Le Nigeria prie pour des élections sans violence

Le Nigeria prie pour des élections sans violence

AFP

Elections au Nigeria: le groupe sécessionniste pro-Biafra lève sa menace de boycottage

Elections au Nigeria: le groupe sécessionniste pro-Biafra lève sa menace de boycottage