mis à jour le

Zimbabwe: la répression pire que sous Mugabe, accuse l'opposition

La répression qui a suivi les violentes émeutes contre la hausse des prix des carburants au Zimbabwe ce mois-ci est pire que celle en cours sous le règne de l'ex-président Robert Mugabe, a déploré mardi le chef de l'opposition.

"Ca fait quatorze mois que M. Mugabe a quitté la scène politique, mais ce que nous voyons en ce moment constitue une escalade (...) qui fait ressembler Mugabe a un enfant en matière de terreur", a déclaré le président du Mouvement pour un changement démocratique (MDC), Nelson Chamisa.

"La nuit, les gens ne peuvent plus jouir de leurs libertés, ils sont arrachés à leurs lieux de détente et de divertissement, aux restaurants (...) et tabassés", a-t-il ajouté.

Le régime du président Emmerson Mnangagwa a brutalement riposté aux manifestations violentes qui ont accueilli sa décision, le 12 janvier, d'augmenter (+150%) les prix des carburants dans un pays épuisé par deux décennies de crise.

Selon les ONG, au moins 12 personnes ont été tuées et des centaines d'autres blessées, notamment lors de passages à tabac en règle par la police ou l'armée.

M. Chamisa a indiqué que son parti avait recensé jusque-là 844 cas de violations des droits de l'homme.

L'Association des avocats pour les droits de l'homme (ZLHR) a affirmé mardi avoir dénombré 823 arrestations, dont de nombreux adversaires du régime.

Le patron du MDC a regretté le silence des voisins de son pays, notamment celui de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC).

"Je ne sais pas combien de personnes devront être tuées (...) combien de femmes devront être volées avant de commencer à voir le début d'une intervention de nos instances régionales", a déploré Nelson Chamisa.

M. Mnangagwa a succédé à Robert Mugabe, contraint à la démission fin 2017. Il a promis l'ouverture d'une enquête sur les exactions des forces de l'ordre et, le cas échant, des sanctions.

Son gouvernement avait violemment réprimé une manifestation de l'opposition après l'élection présidentielle de juillet 2018.

AFP

Ses derniers articles: Olympisme: Paris et Dakar s'associent pour les JO-2024 et ceux de la jeunesse en 2022  Algérie: après l'annonce d'une élection, l'armée durcit le ton  A Anvers après Bruxelles, tapis rouge pour Tshisekedi qui retisse le lien avec la Belgique 

répression

AFP

L'Afrique du Sud va renforcer la répression des violences faites aux femmes

L'Afrique du Sud va renforcer la répression des violences faites aux femmes

AFP

Avec l'internet rétabli, les Soudanais revivent la terreur de la répression

Avec l'internet rétabli, les Soudanais revivent la terreur de la répression

AFP

Au Soudan en pleine révolte, le déj

Au Soudan en pleine révolte, le déj