mis à jour le

Ouganda: la suppression de la limite d'âge pour la présidence devant la Cour suprême

La Cour suprême d'Ouganda a débuté mardi l'examen d'une requête contestant la suppression de la limite d'âge pour la présidence, une disposition adoptée fin 2017 et permettant au président Yoweri Museveni, au pouvoir depuis 1986, de se représenter en 2021.

La Cour suprême a été saisie par l'ancienne numéro 1 de l'opposition au parlement ougandais Winnie Kiiza, par la principale association de juristes du pays, la Uganda Law Society et par un avocat et militant des droits de l'homme Kassim Male Mabirizi. L'examen devrait se poursuivre jusqu'à la fin de la semaine et la Cour devrait mettre sa décision en délibéré à plusieurs semaines.

Cette réforme constitutionnelle controversée, qui supprime l'âge limite fixé jusqu'alors à 75 ans pour être élu président, avait été approuvée le 20 décembre 2017 par le Parlement, largement dominé par le parti au pouvoir. Le président Yoweri Museveni, 74 ans et au pouvoir depuis 1986, l'avait ratifiée le 27 décembre de la même année.

"L'un des contentieux que nous voulons voir tranché par la cour, c'est de savoir si le processus d'amendement de la constitution n'a pas violé la constitution ou les règles du parlement dans la mesure où l'amendement a été précipitamment présenté au parlement au milieu du chaos et de la violence", a expliqué à l'AFP Ladislaus Rwakafuzi, l'avocat de Mme Kiiza.

Très controversée, la réforme avait donné lieu à des scènes de pugilat au parlement et été adoptée dans un climat d'extrême tension.

En juillet 2018, la Cour constitutionnelle du pays avait validé l'amendement et la majorité des observateurs en Ouganda s'attendent à ce que la Cour suprême fasse de même.

M. Museveni est le seul président que la plupart des Ougandais connaissent, dans un pays où un habitant sur deux a moins de 16 ans. La jeunesse ougandaise a récemment montré sa soif de changement en soutenant l'ex-chanteur devenu député Robert Kyagulanyi, alias Bobi Wine, dans ses déboires contre le pouvoir.

Béret rouge vissé sur la tête, M. Kyagulanyi a été une des principales figures de proue de la résistance à la suppression de la limite d'âge pour la présidence.

En 2005, M. Museveni avait fait supprimer la limitation à deux mandats présidentiels, lui permettant de briguer ses troisième, quatrième et cinquième mandats.

AFP

Ses derniers articles: L'ex-président égyptien Morsi meurt après six ans en prison  Burkina: prison  Egypte: Morsi, président "marionnette" des Frères musulmans 

présidence

AFP

Ramaphosa investi

Ramaphosa investi

AFP

Vols de conteneurs de bois précieux: la présidence gabonaise exige des "peines exemplaires"

Vols de conteneurs de bois précieux: la présidence gabonaise exige des "peines exemplaires"

AFP

L'accord de paix en Centrafrique "n'accorde pas l'amnistie" selon la Présidence

L'accord de paix en Centrafrique "n'accorde pas l'amnistie" selon la Présidence

suppression

AFP

Sénégal: le Parlement examine la suppression du poste de Premier ministre

Sénégal: le Parlement examine la suppression du poste de Premier ministre

AFP

Ouganda: la Cour suprême valide la suppression de la limite d'âge pour la présidence

Ouganda: la Cour suprême valide la suppression de la limite d'âge pour la présidence

AFP

Ouganda: suppression de la limite d'âge pour la présidence

Ouganda: suppression de la limite d'âge pour la présidence