mis à jour le

Nouveaux heurts nocturnes dans trois villes de Tunisie

De nouveaux heurts nocturnes ont éclaté à Kasserine, ville de l'ouest de la Tunisie où un journaliste est décédé après s'être immolé par le feu, mais aussi à Tebourba (nord) et Jbeniana (est), a indiqué mercredi le ministère de l'Intérieur.

Ces heurts ont opposé des groupes de jeunes, essentiellement, aux forces de l'ordre. A Kasserine, la police a répliqué aux jets de pierres par des tirs de gaz lacrymogène, selon un correspondant de l'AFP.

Un policier a été blessé à Jbeniana, au nord de Sfax, la deuxième ville de Tunisie, tandis que cinq personnes au moins ont été interpellées à Tebourba, a déclaré à l'AFP le porte-parole de la sûreté nationale, Walid Hkima.

Dans un communiqué distinct, le ministère de l'Intérieur a par ailleurs affirmé avoir procédé à l'arrestation d'une personne pour son implication présumée dans le geste qui a coûté la vie à Abderrazk Zorgui, 32 ans.

Lundi, ce journaliste s'est immolé par le feu à Kasserine en affirmant vouloir protester contre le chômage et la dégradation de la situation économique dans cette région parmi les plus pauvres du pays.

"Pour les habitants de Kasserine qui n'ont pas de moyens de subsistance, aujourd'hui, je vais commencer une révolution, je vais m'immoler par le feu", a déclaré le journaliste dans une vidéo qu'il a publiée 20 minutes avant de passer à l'acte.

Il a par la suite succombé à ses blessures, et ce drame a suscité la colère d'habitants. Des dizaines d'entre eux ont brûlé des pneus et bloqué la rue principale du centre-ville dans la nuit de lundi à mardi, avant que des affrontements ne reprennent durant la journée de mardi.

Le Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT) a de son côté appelé à une grève nationale de la "dignité" le 14 janvier, jour anniversaire de la révolution de 2011.

Kasserine est l'une des premières villes où avaient éclaté fin 2010 des manifestations pour protester contre la pauvreté et la marginalisation.

Provoquées par l'immolation par le feu en décembre 2010 d'un jeune vendeur ambulant de Sidi Bouzid (centre-ouest), excédé par la pauvreté et les humiliations policières, les manifestations s'étaient ensuite propagées à travers le pays, conduisant au renversement du régime de Zine El Abidine Ben Ali.

La Tunisie est parvenue par la suite à préserver sa transition démocratique --de nouvelles élections libres sont prévues en 2019--, mais la situation économique et sociale reste difficile, les gouvernements peinant à répondre aux aspirations des Tunisiens.

Inflation et chômage alimentent les troubles sociaux. Des émeutes avaient éclaté en janvier dernier dans de nombreuses villes du pays.

AFP

Ses derniers articles: A Madagascar, les lémuriens et leur forêt menacés par le braconnage  Centrafrique: "pas de rôle officiel" pour un chef de guerre  Annonce attendue au Soudan d'un Conseil civil par les meneurs de la contestation 

heurts

AFP

Algérie: manifestations émaillées de heurts contre un 5e mandat de Bouteflika

Algérie: manifestations émaillées de heurts contre un 5e mandat de Bouteflika

AFP

RDC: des heurts entre partisans de Fayulu et de Tshisekedi

RDC: des heurts entre partisans de Fayulu et de Tshisekedi

AFP

Nouveaux heurts en Tunisie après l'acte de "désespoir" d'un journaliste

Nouveaux heurts en Tunisie après l'acte de "désespoir" d'un journaliste

Tunisie

AFP

Burkina: le général Bassolé évacué en Tunisie pour des soins

Burkina: le général Bassolé évacué en Tunisie pour des soins

AFP

Jihadistes: la Tunisie également confrontée au casse-tête des rapatriements

Jihadistes: la Tunisie également confrontée au casse-tête des rapatriements

AFP

Grève massive dans le secteur public en Tunisie

Grève massive dans le secteur public en Tunisie

villes

AFP

Ebola en RDC: un cas confirmé

Ebola en RDC: un cas confirmé

AFP

Le développement durable, "seule alternative" pour les villes africaines

Le développement durable, "seule alternative" pour les villes africaines

AFP

Climat: risque "extrême" pour deux tiers des villes africaines

Climat: risque "extrême" pour deux tiers des villes africaines