mis à jour le

Avenir de Kabila en RDC: conférence de presse annoncée

Le porte-parole du gouvernement congolais devait tenir mercredi une conférence de presse à Kinshasa où le président Joseph Kabila doit indiquer s'il désigne un dauphin à l'élection présidentielle ou s'il entend se maintenir malgré la Constitution de la République démocratique du Congo.

"L'heure de la conférence de presse n'est pas fixée. Le ministre vient de partir à la présidence", a indiqué à l'AFP le cabinet du porte-parole du gouvernement et ministre de la Communication, Lambert Mende.

Le mouvement citoyen pro-démocratie Lutte pour le changement (Lucha) a appelé mercredi les Congolais à "descendre dans la rue" si M. Kabila, 47 ans, est candidat. La situation était normale dans la matinée à Kinshasa.

Le président de la commission électorale Corneille Nangaa a répété à l'AFP mercredi que la clôture du dépôt des candidatures à l'élection présidentielle était maintenue à 15H30 GMT.

Au pouvoir depuis l'assassinat de son père en janvier 2001, le président Kabila n'a pas fait part de son choix lors d'une réunion des cadres de sa majorité mardi soir dans sa résidence de Kingakati, dans la banlieue de Kinshasa.

"Kabila ou dauphin: séance de tirs au but à Kingakati" titre mercredi le quotidien d'opposition Le Potentiel.

Élu en 2006, réélu en 2011 dans la contestation, son second mandat a pris fin le 20 décembre 2016. Les élections ont été reportées deux fois.

"La Lucha appelle tous les Congolaises et les Congolais, où qu'ils soient, à s'apprêter à descendre dans les rues à travers tout le pays dès l'annonce éventuelle de la candidature de Joseph Kabila à un troisième mandat", a écrit dans un communiqué le mouvement.

Ses précédents appels n'ont mobilisé que ses militants surtout dans son fief de Goma (est), sans écho massif parmi la population. Toute manifestation non-autorisée est sévèrement réprimée en RDC.

Le comité laïc de coordination (CLC) proche de l'Église catholique a annoncé trois journées d'action à partir de dimanche si M. Kabila se présente.

Mercredi matin, la situation était normale dans Kinshasa et devant la commission électorale, où la police est déployée en nombre habituel, a constaté une journaliste de l'AFP.

AFP

Ses derniers articles: Gabon: le vice-président et le ministre des Forêts limogés  Libye: combats violents au sud de Tripoli, crainte d'une "longue" guerre  Tunisie: liberté provisoire pour l'expert de l'ONU arrêté pour "espionnage" (parquet) 

avenir

AFP

Avenir des Casques bleus au Mali: le Conseil de sécurité réclame des options

Avenir des Casques bleus au Mali: le Conseil de sécurité réclame des options

AFP

Afrique du Sud: quel avenir judiciaire pour Zuma ?

Afrique du Sud: quel avenir judiciaire pour Zuma ?

AFP

Soudan du Sud: quel avenir pour la paix et l'ex-rebelle Riek Machar?

Soudan du Sud: quel avenir pour la paix et l'ex-rebelle Riek Machar?

conférence

AFP

Crise en Libye: une conférence de "réconciliation" en juillet

Crise en Libye: une conférence de "réconciliation" en juillet

AFP

Algérie: dissensions au sein du parti de Bouteflika sur la Conférence nationale

Algérie: dissensions au sein du parti de Bouteflika sur la Conférence nationale

AFP

Libye: conférence nationale en avril pour dresser une "feuille de route" (ONU)

Libye: conférence nationale en avril pour dresser une "feuille de route" (ONU)

Kabila

AFP

RDC: l'ex-porte-parole du régime Kabila brièvement arrêté puis relâché

RDC: l'ex-porte-parole du régime Kabila brièvement arrêté puis relâché

AFP

RDC: l'étau de Kabila se resserre sur Tshisekedi

RDC: l'étau de Kabila se resserre sur Tshisekedi

AFP

RDC: un mois après, Tshisekedi

RDC: un mois après, Tshisekedi