mis à jour le

Tanzanie: Magufuli dit que son parti restera au pouvoir "pour l'éternité"

Le président tanzanien John Magufuli a affirmé que le parti dont il est le leader resterait "au pouvoir à jamais, pour l'éternité", dans une allocution retransmise lundi soir en direct à la radio et à la télévision.

"Le CCM (le Chama cha Mapinduzi) est le parti au pouvoir, il restera au pouvoir à jamais, pour l'éternité", a déclaré le président Magufuli, lors du lancement à Kibaha, près de Dar es Salaam, des travaux de construction d'un centre de formation des cadres de son parti, dédié à la mémoire de Julius Nyerere, père de l'indépendance de la Tanzanie et fondateur du CCM.

"Ceux qui s'y opposent auront toujours des problèmes", a poursuivi le chef de l'Etat tanzanien.

"Le CCM est là et continuera d'être là, toujours et à jamais. Membres du CCM, vous pouvez marcher la tête haute. Il n'y a pas d'alternative au CCM", a ajouté M. Magufuli, en présence de membres de son parti et de représentants des partis au pouvoir en Chine, Afrique du Sud, Namibie, Mozambique et Zimbabwe.

La construction du centre de formation, dont les travaux étaient lancés par le président tanzanien, coûtera selon M. Magufuli 45 millions de dollars (38,5 MEUR), un don de la Chine.

Depuis son accession au pouvoir en 2015, le président Magufuli a été critiqué par des organisations de défense des droits de l'homme et de la société civile pour son autoritarisme, ses détracteurs l'accusant de réprimer l'opposition et la liberté d'expression.

Ce week-end, il s'est attiré de vives critiques en ordonnant que les prisonniers devront désormais travailler "jour et nuit" et recevoir des "coups de pied" s'ils font preuve de "paresse".

AFP

Ses derniers articles: Soudan du Sud : le chef rebelle Machar veut reporter la formation d'un gouvernement d'union  RDC: au moins 20 morts dans un accident de la route  La faim pousse des troupes sud-soudanaises 

pouvoir

AFP

Elections

Elections

AFP

Présidentielle en Algérie: la tentative risquée de passage en force du pouvoir

Présidentielle en Algérie: la tentative risquée de passage en force du pouvoir

AFP

Au Zimbabwe, les médecins

Au Zimbabwe, les médecins