mis à jour le

Sénégal: un maire opposant toujours en garde

L'élu et opposant sénégalais Barthélémy Dias, proche du maire de Dakar Khalifa Sall, condamné vendredi à cinq ans de prison pour "escroquerie ", était toujours en garde à vue dimanche pour "outrage à magistrats", a t-on appris auprès de son avocat.

Barthélémy Dias, maire d'une commune de Dakar et ancien député, avait été arrêté vendredi soir par la section recherches de la gendarmerie de Colobane, un quartier de Dakar. Il se trouvait dimanche "toujours en garde à vue" dans cette unité, a dit à l'AFP son avocat, Me El Hadji Diouf.

M. Dias a été arrêté pour "outrage à magistrats, offense au chef de l'Etat et appel à l'insurrection. Ces délits ne tiennent pas. Il n'a outragé aucun magistrat et n'a pas insulté le chef de l'Etat. Il a simplement demandé la mobilisation pour dire non à la forfaiture", selon l'avocat.

Il a dénoncé "un acharnement et une intimidation. On veut étouffer toute velléité de protestation" contre le pouvoir.

Barthélémy Dias s'en était vivement pris aux juges après la condamnation du maire de Dakar, Khalifa Sall.

M. Dias "a tenu des propos insultants à l'endroit des magistrats. De tels propos constituent une atteinte intolérable à l'honorabilité des magistrats concernés et au-delà, à la dignité de la justice tout entière", a écrit samedi le syndicat de la magistrature sénégalaise (UMS) dans un communiqué. 

Barthélémy Dias et Khalifa Sall sont des dissidents du Parti socialiste (PS), membre de la coalition présidentielle. Ils font partie des responsables de ce parti exclus en décembre pour "violences, indiscipline et activités politiques concurrentes".

M. Dias est un partisan fervent de Khalifa Sall, condamné vendredi à cinq ans de prison et plus de 7.600 euros d'amende pour "escroquerie sur les deniers publics et faux en écriture" sur un montant d'environ 2,5 millions d'euros.

Il est reproché au maire de Dakar d'avoir, entre 2011 et 2015, retiré ce montant des caisses de la ville de Dakar sur la base de fausses factures pour acheter des denrées alimentaires qui n'ont jamais été livrées.

Khalifa Sall, 62 ans et en détention préventive depuis plus d'un an, impute ses déboires judiciaires à son statut d'opposant au chef de l'Etat, Macky Sall qui, selon lui, l'a traduit en justice pour l'empêcher de se présenter à la présidentielle de 2019.

AFP

Ses derniers articles: Est de la RDC: la principale rébellion burundaise délogée de son fief par l'armée  Les Tanzaniens se rendent aux urnes dans une démocratie secouée par le "Bulldozer"  Au Gabon, la réouverture des Eglises sème la discorde 

garde

AFP

Nigeria: nouvelles manifestations malgré les mises en garde de l'armée

Nigeria: nouvelles manifestations malgré les mises en garde de l'armée

AFP

La Namibie met en garde contre le traitement du Covid par la... bouse d'éléphant

La Namibie met en garde contre le traitement du Covid par la... bouse d'éléphant

AFP

Mali: un gendarme et un garde pénitentiaire tués dans une attaque dans le Centre (procureur)

Mali: un gendarme et un garde pénitentiaire tués dans une attaque dans le Centre (procureur)

maire

AFP

La Belgique doit "s'excuser" pour son passé colonial juge le premier maire noir du pays

La Belgique doit "s'excuser" pour son passé colonial juge le premier maire noir du pays

AFP

Burundi: le maire de Bujumbura restreint les heures d’accès aux bistrots

Burundi: le maire de Bujumbura restreint les heures d’accès aux bistrots

AFP

Afrique du Sud: le maire de Johannesburg démissionne et claque la porte de son parti

Afrique du Sud: le maire de Johannesburg démissionne et claque la porte de son parti

opposant

AFP

Guinée: le principal opposant empêché de faire campagne dans un fief du président

Guinée: le principal opposant empêché de faire campagne dans un fief du président

AFP

Présidentielle en Guinée: le principal opposant pointe le risque de violences ethniques

Présidentielle en Guinée: le principal opposant pointe le risque de violences ethniques

AFP

Cameroun: la communauté internationale "bienvenue" pour régler la crise, affirme un opposant

Cameroun: la communauté internationale "bienvenue" pour régler la crise, affirme un opposant