mis à jour le

Sénégal: un député en garde

Le député sénégalais Barthélémy Dias, proche du maire de Dakar, Khalifa Sall, condamné vendredi à cinq ans de prison pour "escroquerie", a été placé en garde à vue par la gendarmerie pour "injures" aux magistrats, a t-on appris samedi de source sécuritaire.

"Barthélémy Dias a été placé en garde à vue pour injures publiques. C'est une des deux infractions retenues contre lui", a déclaré à l'AFP une source à la gendarmerie. Selon la presse locale, le député a été arrêté aussi pour "outrage à magistrats".

M. Dias, qui est aussi maire d'une commune de Dakar, avait été arrêté vendredi soir par la section recherches de la gendarmerie de Colobane, un quartier de Dakar, a déclaré samedi à l'AFP son avocat, Me El Hadji Diouf.

Le député s'en était vivement pris aux juges après la condamnation du maire de Dakar.

"Monsieur Barthélémy Dias a tenu des propos insultants à l'endroit des magistrats chargé du dossier. De tels propos constituent une atteinte intolérable à l'honorabilité des magistrats concernés et au-delà, à la dignité de la justice tout entière", a écrit samedi le syndicat de la magistrature sénégalaise (UMS) dans un communiqué. L'UMS "condamne sans réserve (ces propos) et invite tous les citoyens à la retenue et au respect dû à l'institution judiciaire".

M. Dias, membre du Parti socialiste (PS), qui fait partie de la coalition présidentielle, est un partisan fervent de Khalifa Sall, condamné vendredi à cinq ans de prison et plus de 7.600 euros d'amende pour "escroquerie sur les deniers publics et faux en écriture" sur un montant d'environ 2,5 millions d'euros.

Il est reproché au maire de Dakar d'avoir, entre 2011 et 2015, retiré ce montant des caisses de la ville de Dakar sur la base de fausses factures et pour acheter des denrées alimentaires qui n'ont jamais été livrées.

Khalifa Sall était jugé avec sept de ses collaborateurs, dont deux ont été relaxés et cinq condamnés à des peines allant d'un an à cinq ans.

"Cette condamnation (de Khalifa Sall) est l'épilogue d'un acharnement politique et d'une instrumentalisation de la justice" contre l'édile, ont affirmé samedi les avocats du maire de Dakar. "Aussi bien lors de l'enquête préliminaire que durant l'information judiciaire conduite totalement à charge, le maire Khalifa Ababacar Sall, a vu ses droits violés et ses moyens de défense ignorés".

Barthélémy Dias et Khalifa Sall sont des dissidents du PS. Ils font partie des responsables de cette formation exclus en décembre pour "violences, indiscipline et activités politiques concurrentes".

Khalifa Sall, 62 ans et en détention préventive depuis plus d'un an, impute ses déboires judiciaires à son statut d'opposant au chef de l'Etat, Macky Sall qui, selon lui, l'a traduit en justice pour l'empêcher de se présenter à la présidentielle de 2019.

Macky Sall, élu en 2012 pour sept ans, est candidat à un deuxième mandat.

AFP

Ses derniers articles: Afrique: Poutine signale le retour russe par un ambitieux sommet  Le libre-échange en Afrique, au-del  Le Burkina vista social club: la musique afro-cubaine entre accords musicaux et politiques 

député

AFP

Violences post-électorales au Gabon: un ancien député condamné

Violences post-électorales au Gabon: un ancien député condamné

AFP

Zimbabwe: libération sous caution d'un député de l'opposition

Zimbabwe: libération sous caution d'un député de l'opposition

AFP

Algérie: un député islamiste élu nouveau président l'Assemblée nationale

Algérie: un député islamiste élu nouveau président l'Assemblée nationale

garde

AFP

Tokyo met en garde contre un excès de dette en Afrique, où la Chine accroît son influence

Tokyo met en garde contre un excès de dette en Afrique, où la Chine accroît son influence

AFP

Guinéen tué près de Rouen: un suspect de nationalité turque en garde

Guinéen tué près de Rouen: un suspect de nationalité turque en garde

AFP

Les éléphants de Lagos, secret bien gardé du Nigeria

Les éléphants de Lagos, secret bien gardé du Nigeria

magistrats

AFP

Algérie: des magistrats refusent de superviser la présidentielle

Algérie: des magistrats refusent de superviser la présidentielle

AFP

Mali: les législatives reportée d'un mois en raison d'une grève des magistrats

Mali: les législatives reportée d'un mois en raison d'une grève des magistrats

AFP

Burkina: le Conseil d'Etat annule des sanctions contre des magistrats

Burkina: le Conseil d'Etat annule des sanctions contre des magistrats