mis à jour le

Tunisie: des militants LGBT empêchés de manifester pour raisons de "sécurité"

Des militants LGBT ont été dispersés par la force samedi dans le centre de Tunis par des policiers en civil, après que leur manifestation a été interdite "pour leur sécurité" selon le ministère de l'Intérieur.

Un appel à manifester devant le ministère du Tourisme avait été lancé sous le mot d'ordre "#Sayebni" (Lâche-moi, en arabe tunisien) pour demander l'abrogation de lois "rétrogrades" et la fin de "la criminalisation des libertés sexuelles et de la discrimination contre la femme" notamment.

Mais des militants ont indiqué vendredi soir avoir été informés par le ministère de l'Intérieur que leur manifestation avait été interdite.

"Nous avons eu des renseignements selon lesquels ils allaient être visés", a dit à l'AFP le porte-parole de ce ministère, Khalifa Chibani. Le rassemblement a été interdit "pour leur sécurité et pour préserver l'ordre public", a-t-il assuré, sans plus de détails.

L'appel à manifester, lancé par l'Association des libres penseurs, a été relayé par l'association Shams, qui milite pour la dépénalisation de l'homosexualité en Tunisie.

A l'heure prévue du rassemblement, une dizaine de manifestants, dont l'une portant une pancarte demandant un Etat laïque, ont été éloignés sans heurts par des policiers en civil mobilisés en nombre.

Mais une mêlée s'est produite lorsque des militants LGBT ont dit refuser l'interdiction de manifester et que deux d'entre eux, dont l'ex-Femen Amina Sboui, ont tenté de brandir un drapeau arc-en-ciel.

Les policiers en civil les ont alors dispersés par la force, emmenant Mme Sboui et un autre militant dans un véhicule de police.

Le directeur général de la webradio LGBT "Shams Rad", Bouhdid Belhadi, s'est retrouvé à terre et a dit avoir été blessé au bras, accusant un policier de le lui avoir "tordu".

Les militants LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres) sont sortis de l'ombre en Tunisie depuis la révolution de 2011 mais leur condition reste très précaire, du fait d'un rejet social violent et d'une législation hostile - le Code pénal punit de trois ans de prison les pratiques homosexuelles.

AFP

Ses derniers articles: Côte d'Ivoire : le PDCI sonne la mobilisation  Les crises alimentaires risquent de se multiplier dans le monde, selon l'ONU et l'UE  Crash de l'Ethiopian airlines: les corps des 10 victimes françaises rapatriés 

LGBT

AFP

Les LGBT crient victoire

Les LGBT crient victoire

AFP

Zak, militant politique et LGBT algérien, poursuit ses combats en exil en France

Zak, militant politique et LGBT algérien, poursuit ses combats en exil en France

AFP

En Tunisie, une radio sur le web pour la communauté LGBT

En Tunisie, une radio sur le web pour la communauté LGBT

militants

AFP

Zambie: le président s'en prend aux militants anticorruption

Zambie: le président s'en prend aux militants anticorruption

AFP

Zimbabwe: arrestation de quatre militants des droits de l'Homme

Zimbabwe: arrestation de quatre militants des droits de l'Homme

AFP

Maroc: peines confirmées en appel pour les militants du Hirak

Maroc: peines confirmées en appel pour les militants du Hirak

raisons

AFP

La Tunisie interdit le niqab dans les institutions publiques pour raisons de sécurité

La Tunisie interdit le niqab dans les institutions publiques pour raisons de sécurité

AFP

Tunisie: le niqab interdit dans les institutions publiques pour raisons de sécurité

Tunisie: le niqab interdit dans les institutions publiques pour raisons de sécurité

AFP

Cameroun: le port de Douala conteste une "allégation" du groupe Rougier sur les raisons de sa faillite

Cameroun: le port de Douala conteste une "allégation" du groupe Rougier sur les raisons de sa faillite