mis à jour le

Le chef d'Etat de la Tanzanie, John Magufuli, le 30 octobre 2015. Crédit photo: REUTERS/Sadi Said
Le chef d'Etat de la Tanzanie, John Magufuli, le 30 octobre 2015. Crédit photo: REUTERS/Sadi Said

Quand le président tanzanien interdit à ses ministres de se rendre à l'étranger par économie

À la tête du pays depuis trois semaines, John Magufuli se distingue par ses coupes drastiques dans les dépenses de représentation de son gouvernement.

John Magufuli conduit les affaires de la Tanzanie depuis tout juste trois semaines, mais le nouvel homme fort du pays a déjà bouleversé de nombreuses habitudes dans les coulisses du pouvoir. Avec lui, les membres du gouvernement se sont mis au pain sec. Et on exagère à peine l'expression.

Comme le raconte le site américain Quartz, John Magufuli a commencé par interdire aux membres de son gouvernement de se rendre à l'étranger dans le cadre de voyages officiels, préférant que le personnel diplomatique tanzanien en poste à l'étranger se charge des négociations ou représentations à mener hors des frontières du pays – sauf exception qui impose la présence d'un membre du gouvernement. 

Le successeur de Jakaya Kikwete ne s'est pas arrêté là. Il a également banni les réunions de travail de ses ministres hors des murs de leurs ministères, quand ce n'est pas nécessaire, les incitant à communiquer via visioconférence. John Magufuli a aussi annoncé que les célébrations du jour de l'indépendance, 9 décembre 1961, seraient annulées et redistribuées pour des causes plus urgentes.

Cela serait «honteux» de dépenser des sommes énormes dans des célébrations quand «certains de nos compatriotes meurent du choléra», a t-il déclaré dans une intervention télévisée, comme le rapporte la BBC

Enfin, mesure plus anecdotique, Magufuli a mis fin à la pratique de l'envoi de cartes de voeux aux citoyens par les différents services publiques.

Détournement sur Twitter

Si les mesures prises par le chef d'Etat tanzanien sont louées à travers le pays, de nombreux internautes ont moqué les mesures de Magufuli sur le réseau social Twitter, à l'aide du mot-clé #WhatWouldMagufuliDo («ce que ferait Magufuli»). 

«Je voulais m'acheter un poulet pour accompagner mon riz à midi, mais je me suis interrogé sur "ce que ferait Magufuli"»
«Je voulais prendre le taxi pour rentrer à la maison mais après avoir imaginé "ce que ferait Magufuli"....»

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Des forces spéciales américaines combattent toujours les djihadistes au Mali  Les orphelinats africains ferment en masse et c'est une bonne nouvelle  La mort mystérieuse de l'ambassadeur russe au Soudan 

Twitter

AFP

Au Nigeria, une chaîne de télé craint pour son avenir après la suspension de Twitter

Au Nigeria, une chaîne de télé craint pour son avenir après la suspension de Twitter

AFP

La suspension de Twitter prive les Nigérians de leur principal outil de contestation

La suspension de Twitter prive les Nigérians de leur principal outil de contestation

AFP

Le Nigeria demande

Le Nigeria demande