mis à jour le

L'armée du Yémen intègre environ 4.800 miliciens sudistes

L'armée a intégré dans ses rangs environ 4.800 miliciens du sud du Yémen qui l'ont aidée dans la reconquête d'Aden contre les rebelles chiites Houthis, a annoncé vendredi un responsable militaire.

Le président Abd Rabbo Mansour Hadi lui-même, en exil en Arabie saoudite, est à l'origine de cette décision.

"La brigade compte 4.800 combattants dont des soldats et des officiers. La plupart des recrues sont d'anciens membres de la milice (sudiste) Mouvement de résistance populaire", loyale à M. Hadi, a précisé le colonel Fadel Mohammed Hassan depuis une base militaire d'Aden.

La majorité des recrues sont originaires d'Aden, la capitale du Sud et deuxième ville du pays, reprise à la mi-juillet aux rebelles avec l'appui aérien d'une coalition arabe dirigée par le voisin saoudien.

La brigade a d'ailleurs été baptisée "Brigade décisive de Salmane", du nom du roi d'Arabie saoudite.

Le Yémen, pays le plus pauvre de la péninsule arabique, est déchiré depuis des mois par un conflit opposant les forces pro-Hadi aux Houthis, des chiites originaires du nord aidés par des unités de l'armée restées fidèles à l'ex-président Ali Abdallah Saleh.

Les Houthis avaient lancé en juillet 2014 une offensive à partir de Saada, leur fief dans le nord, et se sont depuis emparés de la capitale Sanaa ainsi que de vastes secteurs du pays.

Depuis le mois dernier, les forces progouvernementales ont toutefois reconquis cinq provinces dans le sud du Yémen et les combats se poursuivent dans des régions proches.

Dans le sud-est, à Taëz, les combats font toujours rage. Le Comité international de la Croix Rouge (CICR) a mis en garde vendredi contre la "détérioration" de la situation et "les bombardements sans discrimination sur des zones civiles".

Il a aussi affirmé que la situation sanitaire était "particulièrement désespérée" à Taëz et que seuls une poignée d'hôpitaux fonctionnaient encore.

"Ces deux dernières semaines, les secours ont dû se mettre eux-mêmes en danger, traversant des zones de combats, des secteurs cibles de raids aériens et échappant aux snipers pour atteindre les blessés. Ceci est inacceptable", a dénoncé le chef des opérations du CICR au Yémen, Kedir Awol Omar.

La guerre a fait plus de 4.400 morts depuis mars, selon l'ONU. Plus de 13 millions de Yéménites sont par ailleurs en situation d'insécurité alimentaire en raison du conflit, d'après le Programme alimentaire mondial.

AFP

Ses derniers articles: Mali: plusieurs personnalités civiles inculpées et écrouées pour tentative de coup d'Etat (avocats)  Castex rencontre Déby au Tchad avant un réveillon avec les troupes françaises  Castex rencontre Déby au Tchad avant un réveillon avec les troupes françaises 

l'armée

AFP

Mali: l'armée accusée de crimes de guerre, des groupes armés de crimes contre l'humanité

Mali: l'armée accusée de crimes de guerre, des groupes armés de crimes contre l'humanité

AFP

RDC: Tshisekedi

RDC: Tshisekedi

AFP

Ethiopie: l'armée lance son offensive sur la capitale du Tigré

Ethiopie: l'armée lance son offensive sur la capitale du Tigré

miliciens

AFP

RDC: sanglante incursion de miliciens armés dans la capitale minière Lubumbashi

RDC: sanglante incursion de miliciens armés dans la capitale minière Lubumbashi

AFP

RDC: d'ex-chefs de guerre en émissaires de paix auprès des miliciens en Ituri

RDC: d'ex-chefs de guerre en émissaires de paix auprès des miliciens en Ituri

AFP

RDC: l'impatience des miliciens prêts

RDC: l'impatience des miliciens prêts

sudistes

Coup d'Etat manqué

Le jour où Biya a failli être renversé

Le jour où Biya a failli être renversé