mis à jour le

Sénégal: Hissène Habré présenté avant son procès au tribunal spécial

L'ex-président tchadien Hissène Habré a été présenté mercredi à Dakar au tribunal spécial devant le juger, pour un "interrogatoire d'identité", mais, selon son avocat, il a refusé de parler devant cette juridiction qu'il ne "reconnaît pas".

M. Habré, poursuivi pour "crimes contre l'humanité, crimes de guerre et crimes de torture", a été convoqué par les Chambres africaines extraordinaires (CAE, tribunal spécial) pour cet "interrogatoire, une formalité administrative", avant son procès devant démarrer le 20 juillet à Dakar, a affirmé à l'AFP un responsable de cette juridiction.

L'ex-président tchadien, vêtu d'un boubou blanc et coiffé d'un turban, n'a pas fait de déclaration à sa sortie du tribunal, a constaté un journaliste de l'AFP.

Il a salué de la main une dizaine de proches et sympathisants, qui l'ont acclamé, puis il est monté dans une voiture banalisée qui a pris la direction de la prison, en bordure de mer, dans le centre-ville de Dakar.

L'interrogatoire "a duré vingt minutes", M. Habré "est resté silencieux. Il n'a répondu à aucune des cinq questions qui lui ont été posées", a affirmé Me Ibrahima Diawara, un de ses avocats.

"Il n'y a pas lieu de participer à ce qui n'est pas un procès. M. Habré ne reconnaît ni la légalité ni la légitimité des Chambres africaines extraordinaires", a-t-il poursuivi.

Le tribunal spécial a été créé par l'Union africaine (UA) à la suite d'un accord avec le Sénégal signé en décembre 2012.

Il est présidé par le Burkinabè Gberdao Gustave Kam, assisté de trois juges sénégalais: Amady Diouf et Moustapha Ba, assesseurs titulaires, ainsi que Pape Ousmane Diallo, assesseur suppléant.

Hissène Habré a dirigé le Tchad de 1982 à 1990, date à laquelle il a été renversé par l'actuel président Idriss Deby Itno. Depuis sa chute, il vit en exil au Sénégal.

Il a été arrêté le 30 juin 2013 à Dakar puis inculpé le 2 juillet 2013 par le tribunal spécial et placé en détention préventive.

En février, à l'issue de 19 mois d'instruction, il a été renvoyé devant la cour d'assises des CAE, les magistrats instructeurs concluant qu'il y avait suffisamment de preuves pour le juger pour les chefs d'inculpation retenu à son encontre.

AFP

Ses derniers articles: Pour les jeunes pêcheurs de Mbour, l'Europe comme horizon,  Le Goncourt des Lycéens pour "Les Impatientes"  "C'était un piège": un survivant du massacre de Boko Haram raconte 

procès

AFP

Cameroun: procès le 17 décembre de trois militaires pour les meurtres de civils

Cameroun: procès le 17 décembre de trois militaires pour les meurtres de civils

AFP

Un homme accusé de torture pendant la guerre civile au Liberia menacé de procès en France

Un homme accusé de torture pendant la guerre civile au Liberia menacé de procès en France

AFP

Procès des attentats de Bamako en 2015: une "vengeance" après Charlie Hebdo

Procès des attentats de Bamako en 2015: une "vengeance" après Charlie Hebdo

tribunal

AFP

Meurtre d'un fermier blanc sud-africain: vives tensions devant le tribunal

Meurtre d'un fermier blanc sud-africain: vives tensions devant le tribunal

AFP

Pas toujours moral, mais pas coupable: la défense de Lamine Diack réclame l'indulgence du tribunal

Pas toujours moral, mais pas coupable: la défense de Lamine Diack réclame l'indulgence du tribunal

AFP

Procès anti-corruption en RDC: décès du président du tribunal

Procès anti-corruption en RDC: décès du président du tribunal