mis à jour le

Les gônes de M'Bour. Gasti via Flickr. Licenced by.
Les gônes de M'Bour. Gasti via Flickr. Licenced by.

Human Rights Watch dénonce l'exploitation des enfants des écoles coraniques sénégalaises

Beaucoup d"enfants passent leurs journées dans les rues à mendier afin de remettre leurs gains à leur maîtres coraniques, selon un rapport.

La mendicité forcée des enfants perdure au Sénégal malgré une loi interdisant cette pratique depuis 2005, selon un article du site Afrik. La situation de ces enfants inquiète les organisations de défense des droits humains, particulièrement Human Right Watch (HRW), qui a publié lundi 20 avril un rapport sur leurs conditions, à l’occasion de la journée mondiale des talibés.

D’après une enquête gouvernementale, à Dakar, la capitale sénégalaise, près de 30 000 talibés, nom donné aux élèves d’écoles coraniques, sont forcés à mendier chaque jour. Pour Human Rights Watch, la loi de 2005 n’est pas respectée, de plus, les autorités sénégalaises ont manqué à leur responsabilité.

Une grande enquête menée dans le pays

Afin de lutter contre ce phénomène, Human Rights Watch souhaite que les maîtres coraniques qui abusent des enfants soient poursuivis, or "il y a très peu de cas qui ont été inquiétés ou bien jugés, les enfants sont en train d’être abusés, ce n’est pas caché", a déclaré à RFI la directrice des recherches sur l’Afrique de l’Ouest à HRW. Le Sénégal connaît un nombre important de talibés qui arpentent les rues afin de ramasser quelques pièces pour ensuite les remettre à leur maîtres coraniques. Ces enfants vivent dans des conditions précaires et sont parfois battus par leur maîtres, selon HRW.

Durant deux semaines en janvier 2015, Human Rights Watch a interrogé neuf talibés ainsi que 21 responsables gouvernementaux, membres d’organisations œuvrant pour le bien-être des enfants, travailleurs sociaux, responsables religieux, parents et maîtres d’écoles coraniques, afin d’évaluer l’étendue des abus et les progrès effectués dans le but de traduire en justice les auteurs d’abus. Les talibés, âgés de 5 à 15 ans, ont été interrogés à Dakar et à Saint-Louis, une des plus grandes villes du Sénégal et un centre important d’études coraniques, dans le nord du pays. 

Afrik

Ses derniers articles: La dépouille de Thomas Sankara exhumée, le Burkina Faso retient son souffle  L'Arabie Saoudite classe l'Algérie sur liste noire du financement du terrorisme  La Premier League, nouvelle terre d'accueil des joueurs africains 

écoles

AFP

Au Cameroun anglophone, les écoles au coeur du conflit

Au Cameroun anglophone, les écoles au coeur du conflit

AFP

Coronavirus: les écoles rouvrent en Sierra Leone et en Guinée-Bissau

Coronavirus: les écoles rouvrent en Sierra Leone et en Guinée-Bissau

AFP

Nigeria: les autorités utilisent la crise sanitaire pour tenter de fermer les écoles coraniques

Nigeria: les autorités utilisent la crise sanitaire pour tenter de fermer les écoles coraniques

enfants

AFP

Les réfugiés éthiopiens au Soudan craignent pour l'éducation de leurs enfants

Les réfugiés éthiopiens au Soudan craignent pour l'éducation de leurs enfants

AFP

Sophie Pétronin, de longues années au service des enfants du Mali

Sophie Pétronin, de longues années au service des enfants du Mali

AFP

France: la douloureuse mémoire des enfants morts dans les camps de Harkis sort de l'oubli

France: la douloureuse mémoire des enfants morts dans les camps de Harkis sort de l'oubli

Sénégal

AFP

Magal de Touba: premier rassemblement de masse au Sénégal depuis l'apparition du virus

Magal de Touba: premier rassemblement de masse au Sénégal depuis l'apparition du virus

AFP

Avec la saison des pluies, les pasteurs peuls du Sénégal reprennent leur transhumance

Avec la saison des pluies, les pasteurs peuls du Sénégal reprennent leur transhumance

AFP

Le Sénégal rouvre ses frontières aériennes

Le Sénégal rouvre ses frontières aériennes