mis à jour le

Sénégal: le président Sall veut un référendum en 2016 sur la réduction de son mandat

Le chef de l'Etat sénégalais Macky Sall a annoncé mardi qu'il comptait soumettre en 2016 à référendum la question de la réduction de son mandat de sept à cinq ans, pour organiser l'élection présidentielle en 2017 au lieu de 2019.

"J'ai été élu pour sept ans" en mars 2012, mais "l'année prochaine, je vais proposer l'organisation d'un référendum pour la réduction de mon mandat", a affirmé M. Sall lors d'une rencontre à Dakar avec l'Association de la presse étrangère au Sénégal (APES), la première depuis son investiture en avril 2012.

Ce référendum va permettre "une révision de la Constitution, d'abord sur le mandat et ensuite sur quelques autres aspects pour consolider notre démocratie", a-t-il indiqué, estimant que "cela devrait pouvoir être fait en 2016, probablement au mois de mai".

Durant sa campagne électorale puis une fois au pouvoir, M. Sall a promis de réduire le mandat présidentiel de sept à cinq ans, mais il a expliqué mardi que cette modification, concernant un mandat déjà entamé, devrait passer par la voie référendaire, après avis du Conseil constitutionnel.

"Si c'est validé, c'est en février 2017 que se fera l'élection présidentielle, au lieu de 2019", a-t-il dit.

A la question de savoir s'il briguerait un nouveau mandat, il a répondu: "C'est trop tôt pour parler de ma candidature".

Mais peu auparavant, il avait assuré ne pas craindre une éventuelle candidature de Karim Wade, ancien ministre et fils de l'ex-président (2000-2012) Abdoulaye Wade, actuellement détenu et jugé pour "enrichissement illicite et corruption" par une cour spéciale.

"S'il y a un candidat plus fort que moi que les Sénégalais vont désigner, on en prendra acte", a dit Macky Sall, ajoutant: "Le pouvoir, ce n'est pas une fin en soi".

Le Parti démocratique sénégalais (PDS, opposition), dirigé par Abdoulaye Wade, doit désigner le 20 mars son candidat à la prochaine présidentielle. 

Le nom de Karim Wade est cité parmi les candidats à la candidature du PDS, et selon des analystes, il pourrait être choisi à trois jours du verdict de la Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI).

Durant son procès, le parquet a requis contre lui sept ans de prison, une amende de 250 milliards de FCFA (plus de 380 millions d'euros), une confiscation de ses biens et une privation de ses droits civiques.

AFP

Ses derniers articles: Laurent Gbagbo annonce son retour en Côte d'Ivoire en décembre  Ethiopie: toujours des combats au Tigré, ce qui complique l'envoi de l'aide, selon l'ONU  Laurent Gbagbo a obtenu son passeport et veut rentrer en Côte d'Ivoire en décembre 

2016

AFP

Législatives au Gabon, premier grand scrutin depuis les violences de 2016

Législatives au Gabon, premier grand scrutin depuis les violences de 2016

AFP

RDC : premier meeting de l'opposition autorisé depuis 2016

RDC : premier meeting de l'opposition autorisé depuis 2016

AFP

RDC: l'opposition peut se réunir, une première depuis 2016

RDC: l'opposition peut se réunir, une première depuis 2016

président

AFP

Crise politique en RDC: la Garde républicaine invitée

Crise politique en RDC: la Garde républicaine invitée

AFP

Algérie: le président Tebboune va rentrer  "dans les prochains jours"

Algérie: le président Tebboune va rentrer "dans les prochains jours"

AFP

Algérie: l'opacité demeure après un mois d'absence du président Tebboune

Algérie: l'opacité demeure après un mois d'absence du président Tebboune

référendum

AFP

Référendum en Algérie: une nouvelle Constitution pour solder le "Hirak"

Référendum en Algérie: une nouvelle Constitution pour solder le "Hirak"

AFP

A Alger, les habitants de Bab el Oued partagés avant le référendum constitutionnel

A Alger, les habitants de Bab el Oued partagés avant le référendum constitutionnel

AFP

Algérie: fin d'une campagne

Algérie: fin d'une campagne