mis à jour le

Déclin des cours du pétrole: le Nigeria promet de contrôler ses dépenses et l'inflation

Le Nigeria, premier producteur de pétrole d'Afrique, a tenté dimanche de rassurer les investisseurs étrangers sur les conséquences de la baisse des cours mondiaux de l'or noir, promettant de surveiller l'inflation et de réduire les dépenses de l'Etat en 2015.

L'économie du Nigeria, récemment devenue la première d'Afrique suite à un changement de méthode de calcul du PIB, est très dépendante de la production pétrolière, qui tourne autour de 2 millions de barils par jour.

L'or noir représente 83% des exportations du Nigeria et 70% des recettes de l'Etat, a rappelé Ngozi Okonjo-Iweala, la ministre nigériane des Finances, en conférence de presse.

Le prix de référence du baril de pétrole pour le budget 2015, fixé à 78 dollars dans une proposition au Parlement, doit être corrigé, à cause de la chute des cours mondiaux, a-t-elle déclaré aux journalistes, proposant un nouveau prix de référence de 73 dollars.

Cet ajustement du prix de référence "va engendrer une chute des recettes pétrolières de 7.287 à 6.833 milliards de nairas (42,56 milliards de dollars à 39,91 milliards)".

En maintenant les projections de production à 2,27 millions de barils par jour, "nous allons voir le budget de l'Etat fédéral chuter de 4.800 milliards de nairas (28 milliards de dollars) à 4600 milliards de nairas (26,87 milliards de dollars)".

Pour contrer les effets de la chute des prix du pétrole, Mme Okonjo-Iweala s'est engagée à faire des coupes drastiques dans les frais de fonctionnement de l'Etat nigérian.

"Les grands projets  de construction d'infrastructures ne seront cependant pas affectés parce qu'ils sont indispensables à la croissance économique, au développement et à la création d'emplois", a-t-elle promis.

Mme Okonjo-Iweala a aussi rejeté l'idée "d'imprimer plus de Nairas pour financer des projets".

"Ce genre de recommandation populiste, très peu réfléchie, aurait des effets désastreux pour le pays si elle était mise en place", a-t-elle insisté, s'engageant, au contraire, à "contrôler l'inflation le plus possible" pour "protéger les intérêts des Nigérians ordinaires".

 

AFP

Ses derniers articles: Niger: les soldats américains libèrent l'otage américain enlevé cette semaine  Présidentielle en Côte d'Ivoire: "désert électoral"  Burkina: ouverture de la campagne électorale pour la présidentielle 

déclin

AFP

Législatives en Afrique du Sud: victoire en vue de l'ANC, mais son déclin se poursuit

Législatives en Afrique du Sud: victoire en vue de l'ANC, mais son déclin se poursuit

AFP

L'Afrique du Sud face au déclin constant du secteur minier

L'Afrique du Sud face au déclin constant du secteur minier

AFP

L'inexorable déclin du hippisme en Algérie, appauvri et mal vu

L'inexorable déclin du hippisme en Algérie, appauvri et mal vu

dépenses

AFP

Mali: un opposant dénonce l'opacité et le gaspillage des dépenses militaires

Mali: un opposant dénonce l'opacité et le gaspillage des dépenses militaires

AFP

Algérie: hausse des dépenses sociales et des taxes au menu du buget 2018

Algérie: hausse des dépenses sociales et des taxes au menu du buget 2018

AFP

Tunisie: des mesures pour réduire les dépenses publiques

Tunisie: des mesures pour réduire les dépenses publiques

Nigéria

AFP

Le président du Nigeria intransigeant face au soulèvement populaire

Le président du Nigeria intransigeant face au soulèvement populaire

AFP

Le Nigeria sous le choc après un "mardi sanglant"

Le Nigeria sous le choc après un "mardi sanglant"

AFP

Nigeria : fin de la grève des professionnels de la santé

Nigeria : fin de la grève des professionnels de la santé