mis à jour le

Lesotho: lutte pour le pouvoir après un coup de force de l'armée

Un ministre du Lesotho affirme lundi être "le Premier ministre en exercice" après un coup de force militaire samedi et la fuite du chef du gouvernement en Afrique du Sud, où l'organisation régionale SADC se réunit en urgence sur le sujet.

"Je suis le Premier ministre en exercice", a déclaré à l'AFP Motloheloa Phooko, membre du parti LCD, membre de la fragile coalition au pouvoir, mais en froid avec le Premier ministre en fuite Thomas Thabane. 

M. Phooko affirme que le protocole lui octroie cette fonction en l'absence du Premier ministre et du vice-Premier ministre, tous deux à Pretoria ce lundi.

Cette annonce ne répond cependant pas à toutes les questions sur la lutte de pouvoir en cours dans ce petit royaume montagneux, enclavé dans l'Afrique du Sud, et secoué samedi par une spectaculaire opération de l'armée, qui a désarmé la police de la capitale et confisqué plusieurs de ses véhicules.

Et il était difficile, lundi, de savoir qui tirait vraiment les ficelles:

- L'armée? Elle est rentrée dans ses casernes dès samedi, et le haut commandement affirme qu'il n'a jamais été question de coup d'Etat mais seulement de désarmer la police, qui s'apprêtait à remettre des armes à "des partis politiques".

- Le LCD, membre de la coalition au pouvoir, mais en froid avec le Premier ministre Thabane? Son chef, le vice-Premier ministre Mothetjoa Metsing, a déclaré à l'AFP: "Il n'y a pas eu de coup d'Etat au Lesotho". Mais il est accusé par ses adversaires d'avoir soutenu, sinon dirigé, l'opération de l'armée contre la police. Lui aussi était lundi matin à Pretoria, probablement pour ne pas laisser le champ libre à son rival Thabane dans les discussions avec le puissant voisin sud-africain.

- Le Premier ministre évincé Thabane? Il a fui son pays samedi et affirme avoir été évincé du pouvoir par un coup d'Etat. Il a passé une grande partie de la nuit de dimanche à lundi à discuter à Pretoria avec les ministres de la SADC, et se pose en victime.

- L'Afrique du Sud? Le Lesotho, bien que très pauvre, présente un intérêt stratégique pour son grand voisin, qui a besoin de l'eau de ses montagnes et de l'électricité produite par ses barrages. La diplomatie sud-africaine a réagit très rapidement samedi, en martelant que toute tentative de prise de pouvoir par la force "ne saurait être tolérée". Et les ministres de la SADC sont réunis depuis dimanche à Pretoria.

- Général renégat -

Le Premier ministre Thabane était très vivement critiqué par ses partenaires de la coalition au pouvoir pour son autoritarisme et pour avoir suspendu le parlement depuis juin pour éviter une motion de censure.

Vendredi, il avait nommé le général Maaparankoe Mahao à la tête de l'armée, en remplacement du général Tlali Kamoli. C'est cette nomination qui semble avoir mis le feu aux poudres.

Le général Kamoli est soupçonné d'avoir organisé l'opération nocturne de l'armée à Maseru. Dans la même nuit, la maison du général Mahao a été mitraillée par des inconnus, mais l'attaque n'a pas fait de victimes.

"A mon avis, ce n'est pas un coup d'Etat au sens strict, c'est-à-dire pour chasser le gouvernement", analyse Johan Aerni-Flessner, spécialiste de l'histoire contemporaine du Lesotho à l'université du Michigan, aux Etats-Unis.

Selon lui, le Premier ministre, privé de majorité, a fait l'erreur de vouloir remplacer le patron des forces armées, malgré de vives tensions entre l'armée et la police, reflet des féroces rivalités de la classe politique. Des divisions auxquelles la population, largement rurale, reste complètement étrangère.

AFP

Ses derniers articles: Soudan du Sud : le chef rebelle Machar veut reporter la formation d'un gouvernement d'union  RDC: au moins 20 morts dans un accident de la route  La faim pousse des troupes sud-soudanaises 

l'armée

AFP

Dans la rue, les Algériens disent non

Dans la rue, les Algériens disent non

AFP

Mozambique: 9 islamistes tués dans des combats avec l'armée (ministère)

Mozambique: 9 islamistes tués dans des combats avec l'armée (ministère)

AFP

Manifestation massive

Manifestation massive

lutte

AFP

La France va augmenter de 15% sa contribution

La France va augmenter de 15% sa contribution

AFP

En lisière des parcs du Gabon, la lutte contre le réchauffement climatique ne convainc pas

En lisière des parcs du Gabon, la lutte contre le réchauffement climatique ne convainc pas

AFP

Lutte contre les jihadistes au Sahel: l'heure de vérité pour la force militaire régionale

Lutte contre les jihadistes au Sahel: l'heure de vérité pour la force militaire régionale

pouvoir

AFP

Elections

Elections

AFP

Présidentielle en Algérie: la tentative risquée de passage en force du pouvoir

Présidentielle en Algérie: la tentative risquée de passage en force du pouvoir

AFP

Au Zimbabwe, les médecins

Au Zimbabwe, les médecins