SlateAfrique

mis à jour le

L'Iran et le Soudan sont unis contre les "pressions", déclare Ahmadinejad


Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad (g) et son homologue soudanais Omar el-Béchir, à Khartoum, le 26 septembre 2011 AFP Ashraf Shazly

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a déclaré lundi que l'Iran et le Soudan étaient unis pour "défendre l'islam" face aux pressions occidentales, lors d'une brève visite à Karthoum destinée à renforcer les relations politiques et économiques entre les deux pays.

"L'Iran et le Soudan s'uniront pour défendre le monde musulman et l'indépendance de la région", a déclaré le président iranien à l'issue d'une rencontre avec son homologue soudanais Omar el-Béchir.

"Nos deux pays font face aux pressions des colonialistes qui veulent imposer des choses qui ont des effets négatifs sur nos populations. Ils essaient de faire pression sur des Etats indépendants, car ils ne veulent pas que ces derniers soient forts", a-t-il insisté.

"Nous allons travailler ensemble pour bâtir une relation fondée sur la coopération, le respect et les bénéfices réciproques. Nous espérons une coopération renforcée avec l'Iran", a déclaré M. Béchir.

"Nous confirmons que nous soutenons le droit pour l'Iran de développer une technologie nucléaire à des fins pacifiques", a-t-il ajouté.

L'Iran fait l'objet de pressions internationales sur son programme nucléaire, experts et gouvernements occidentaux étant convaincus qu'il comporte un volet militaire, malgré les démentis de Téhéran.

Aucune information n'a filtré sur la signature d'éventuels accords entre les deux alliés musulmans, mais l'Iran s'est dit "prêt à transférer son expérience dans les domaines scientifiques et industriels, en particulier dans les services techniques et d'ingénérie, afin d'améliorer les infrastructures soudanaises", selon un communiqué commun.

Depuis l'indépendance du Soudan du Sud le 9 juillet, Khartoum cherche activement des soutiens financiers pour faire face à une inflation galopante, à une dette en hausse et à la perte de la majeure partie de ses revenus pétroliers, les réserves de brut se trouvant au Sud.

L'Iran et le Soudan font l'objet de sanctions de la part des Etats-Unis, qui les accusent de soutenir le terrorisme. M. Béchir est également recherché par la Cour pénale internationale pour génocide et crimes contre l'humanité au Darfour.