mis à jour le

Couple de jeunes sur un banc à Bab-el-Oued, Alger / Reuters
Couple de jeunes sur un banc à Bab-el-Oued, Alger / Reuters

Les jeunes Algériens se cherchent un avenir

Entre un présent marqué par la précarité et un avenir incertain, la jeunesse n'a plus foi en rien.

La question n'est pas nouvelle, tant elle a souvent été abordée: les jeunes Algériens ont-ils un avenir? Le chômage galopant et les autres frustations du quotidien n'inspirent pas la confiance. Ce qui est nouveau, c'est la manière de rendre compte de ces inquiétudes. Un groupe de jeunes cinéastes formés à Alger se sont donné comme mission de relayer l'état d'esprit d'une jeunesse en mal d'avenir.

Les films des élèves de l’atelier de création «Béjaïa Doc», une école de ciné à Alger, partagent des questionnements sur le futur. Chacun, à sa manière, dévoile les doutes qui traversent une jeunesse algérienne successivement en proie à la résignation et à l’espoir.

Le travail des jeunes cinéastes offre une vision poétique et intimiste des problèmes quotidiens en abordant des thèmes aussi différents que l’éducation (Amek ara Degurine Wussan d'Amel Blidi et Nabil Boubaker), la construction de l’identité d’enfants abandonnés à la naissance (Yatim d'Asma Guergour), la dépression (Menthol d'Aicha Messadia), ou la précarité des demandeurs d’emploi (El havs hamokrane de Razik Benallal)

La précarité, les réalisateurs la connaissent bien dans leur travail, eux qui se lancent avec peine dans la recherche de financements.

«Au départ, je parlerai sûrement à l'association Cinéma et Mémoire pour qu'il me prête une caméra, puis j'essayerai de faire mon propre financement en galérant un peu et peut-être qu'après je me lancerai dans la recherche de financements, je ne sais pas...», confiait déjà le jeune Amir Bensaïfi, en présentant son projet de court-métrage en 2012, rappelle le site Maghreb Emergent.

Toutefois, Amir a la chance d’être épaulé dans ses recherches par les associations Kaïna Cinéma, créée à Paris en 2003, et Cinéma et Mémoire, installée à Bejaïa depuis 2007, qui ont lancé en partenariat le projet Ciné-Job Algérie en 2007. Une «agence d'emploi» informelle dédiée aux métiers du cinéma et de l'audiovisuel que dirige Habiba Djahnine.

Lu sur Maghrebemergent

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Des forces spéciales américaines combattent toujours les djihadistes au Mali  Les orphelinats africains ferment en masse et c'est une bonne nouvelle  La mort mystérieuse de l'ambassadeur russe au Soudan 

Algérie

AFP

Darmanin en Tunisie et Algérie samedi et dimanche pour parler lutte contre le terrorisme

Darmanin en Tunisie et Algérie samedi et dimanche pour parler lutte contre le terrorisme

AFP

Virus: début de la première phase de déconfinement en Algérie

Virus: début de la première phase de déconfinement en Algérie

AFP

La liberté de la presse se dégrade en Algérie

La liberté de la presse se dégrade en Algérie

chômage

AFP

En Afrique du Sud, chômage et méfiance entre les races au coeur des élections

En Afrique du Sud, chômage et méfiance entre les races au coeur des élections

AFP

Au Ghana, la prévention contre la migration illégale ne fait pas le poids face au chômage

Au Ghana, la prévention contre la migration illégale ne fait pas le poids face au chômage

AFP

Le nouveau président du Botswana promet de s'attaquer au chômage des jeunes

Le nouveau président du Botswana promet de s'attaquer au chômage des jeunes

documentaires

AFP

Des documentaires français sur le "Hirak" déclenchent l'ire d'Alger

Des documentaires français sur le "Hirak" déclenchent l'ire d'Alger

Neila Latrous

Algérie : 25 documentaires sur la révolution en cours de réalisation

Algérie : 25 documentaires sur la révolution en cours de réalisation

Nabil

Films documentaires : 10 porteurs de projets achèvent des résidences d'écritures à Bobo-Dioulasso

Films documentaires : 10 porteurs de projets achèvent des résidences d'écritures à Bobo-Dioulasso