mis à jour le

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika à Doha le 15 mai 2013. REUTERS/Mohammed Dabbous
Le président algérien Abdelaziz Bouteflika à Doha le 15 mai 2013. REUTERS/Mohammed Dabbous

Comment l'Algérie organise la succession de Bouteflika

Le président algérien est considéré comme mort politiquement. En coulisses, l'armée prépare déjà la suite.

«C'est la panique à Alger», me confiait récemment une journaliste algérienne. Le silence du président Abdelaziz Bouteflika ne présage rien de bon. Les rumeurs vont bon train: certains le disent déjà mort, d'autres affabili mais encore vivant... Un mois après son hospitalisation à Paris, le mystère perdure autour de l'etat de santé du président algérien.

A Alger, selon le quotidien francophone El Watan, on préparerait déja sa succession. L'Algérie, plus grand pays d'Afrique en superficie et acteur régional de premier plan, ne peut rester indéfiniment sans tête. A 10 mois de l'élection présidentielle, de nouvelles candidatures émergent, les candidats sillonent le pays en vue d'obtenir des soutiens, comme si l'échance devenait chaque jour plus imminente.

«L’ancien chef de gouvernement, Ahmed Benbitour, sillonne le pays d’est en ouest à la recherche de soutiens populaires pour sa candidature. Depuis quelques jours, le tout nouveau chef des Frères musulmans, sitôt élu à la tête du MSP, est parti à la conquête d’un électorat islamiste atomisé. Même les partis politiques dits “petits” se jettent précocement dans l’arène, pendant qu’un général à la retraite, Mohamed Tahar Yala, s’engage brusquement dans “la guerre présidentielle”», rapporte El Watan.

Cette agitation aurait même lieu dans les arcanes de l'Etat algérien. Selon le quotidien francophone, l'armée, colonne vertébrale de l'Etat, mènerait depuis près d'un mois des tractations pour planifier l'après-Bouteflika. Aucune personnalité n'a été clairement évoquée, mais des noms circulent en coulisses: l'actuel Premier ministre Abdelmalek Sellal, favori du régime militaire, ex-secrétaire général du FLN et candidat malheureux à la présidentielle de 2004 et Mouloud Hamrouche, chef de file des réformateurs.

N.B

Nadéra Bouazza

Nadéra Bouazza. Journaliste à Slate Afrique

Ses derniers articles: Dessine-moi un immigré  Une (re)naissance dans la douleur  Pourquoi l'Egypte n'aurait pas dû briser les sit-in pro-Morsi 

Bouteflika

AFP

Algérie/corruption: des caciques de l'ère Bouteflika lourdement punis

Algérie/corruption: des caciques de l'ère Bouteflika lourdement punis

AFP

Algérie: un an après sa chute, Bouteflika muré dans la solitude

Algérie: un an après sa chute, Bouteflika muré dans la solitude

AFP

Algérie: lourdes peines de prison confirmées contre d'ex-dirigeants de l'ère Bouteflika (avocat

Algérie: lourdes peines de prison confirmées contre d'ex-dirigeants de l'ère Bouteflika (avocat

Algérie

AFP

Le retrait d'accréditation de France 24 en Algérie critiqué

Le retrait d'accréditation de France 24 en Algérie critiqué

AFP

Un procès prévu en France pour le crash d'Air Algérie en 2014

Un procès prévu en France pour le crash d'Air Algérie en 2014

AFP

Rassemblement

Rassemblement

Val de Grâce

Repentance

Bouteflika ne peut plus tenir tête à la France

Bouteflika ne peut plus tenir tête à la France

France-Algérie

Qui paie la longue hospitalisation de Bouteflika?

Qui paie la longue hospitalisation de Bouteflika?